Christophe Ginisty

Petite chronique amusée sur la famille des "homo-facebookus"


Rédigé le Jeudi 16 Mai 2013



Petite chronique amusée sur la famille des "homo-facebookus"
Des années que je suis sur Facebook, que je m’y promène, que je collectionne les amis pour n’avoir jamais vraiment filtré et avoir au contraire pris plaisir à accepter d’entrer en relation avec tous ceux qui en faisaient la demande et dont la découverte promettait peut-être quelques bons échanges.
 
Des années que je vois cette société des réseaux sociaux prendre forme et se mouvoir. Des années que je l’apprécie aussi avec une vraie affection mêlée d’addiction légère.
 
Je crois que ce qui m’amuse le plus est d’observer les comportements de certains spécimens que je ne connais pas forcément mais qui peuplent cet océan numérique. Cette société qui se donne rendez-vous sans se le dire est passionnante, tellement même que je me suis amusé à en dessiner les traits de certains d’entre eux vus de ma fenêtre.
 
Pas une approche exhaustive, tout au plus une galerie amusée de portraits.
 
Le baron
Le baron est un aristocrate du web 2.0, un notable, un précurseur. Il est sur Facebook depuis longtemps et compte ses « amis » par milliers. Au début, il a cherché à être influent à tout prix. Il est désormais influent par coquetterie et aime rappeler qu’il s’est inscrit alors que Facebook n’était pas en français et qu’on disait encore « The Facebook.» D’ailleurs, il pousse l’adoration pour ses galons d’early adopter jusqu’à conserver son interface en anglais, parce que « like », ça le fait tout de même mieux que « j’aime » chez les garants de l’orthodoxie digitale. Il a prédit des dizaines de fois la mort de Facebook avec force d’arguments définitifs mais, que voulez-vous, il daigne encore s’y promener comme un seigneur parcourt ses terres.
 
L’impliqué
Pour lui, Facebook n’est pas un jeu, c’est une extension de lui-même et tout ce qu’il y fait, c’est pour de vrai. Incorrigible producteur d’invitations, il crée des groupes « pour » ou « contre » à chaque fois que l’actualité à fait vibrer son smartphone biologique. Il promet d’éradiquer cette vermine qui ne fait rien qu’à embêter ses amis et vous informe avec un sérieux d’académicien sur la situation de cet archipel lointain sur lequel se produit le plus grand scandale planétaire depuis l’éviction de Geneviève de Fontenay des miss France. Il ne vous téléphonera jamais mais créera une invitation pour inviter à prendre un café un ces quatre.
 
Le malgré lui
Si cela ne tenait qu’à lui, non seulement il ne se serait jamais inscrit sur Facebook mais il vous explique à longueur de statuts que ce réseau est le néant incarné, la vacuité faite hommes, et qu’il va de toute manière déguerpir d’ici dans les jours qui viennent en effaçant toutes ses données et profiter de la plus belle conquête de l’homme moderne : son propre droit à l’oubli. Promettre une disparition définitive de son profil est un acte militant pour lui. Sûr de son fait, il vous fera une énumération à la Prévert de tout ce que l’on faisait quand on n’était pas connecté sur ce foutu bordel. Avec des accents nostalgiques à vous faire passer feu Pascal Sevran pour un dangereux progressiste, il dissertera à foison sur la vraie vie, dernier rempart d’une virtualité qu’il ne parvient cependant pas à quitter depuis le temps qu’il nous le dit.
 
Le LOLeur professionnel
Elevé à la spiritualité et à l’épistémologie comparée par Bernard Montiel dans les plus grandes heures de Vidéo-Gag du temps où le caméscope et la VHS existaient encore, celui-là passe ses journées à disséquer YouTube à la recherche de cette gamelle de la mort-qui-tue non encore révélée au grand public ou de ce moment de solitude planétaire qui fera de lui le bon copain, celui par qui le sourire est arrivé. Son mur est aussi vibrant qu’un magasin de farces et attrapes et fait autant réfléchir que le refrain d’un tube de Patrick Sébastien. Il se rabat parfois sur des moments d’émotion et, si vous vous souvenez bien, c’est l’un des tout premiers à vous avoir passé la vidéo de Susan Boyle.
 
Le révélé
Dans la vie, il s’appelle Jean-Luc ou Barnabé (ou Florence et Anne-Cécile) mais sur Facebook, c’est Robespierre, Ché Guevara. Lui, il est là pour faire la révolution, pendre hauts et courts ces adversaires. Généralement entré en politique à la faveur des médias sociaux comme d’autres entrent en religion, il vénère au-delà du raisonnable un leader dont il reproduit chacune des prestations médiatiques avec une minutie frôlant le trouble obsessionnel compulsif. Sur son mur, ça parle tractage, réunion publique et fête des voisins et ça dézingue à tout va celles et ceux qui se permettent de critiquer le leader adoré. De jour comme de nuit, il est le gardien d'un temple numérique, le cerbère d'une forme qu'il croit nouvelle de citoyenneté. 
 
L’ami des femmes
Je l’aime bien lui car son côté sournois réussit toujours à m’attendrir. Souvent dans la quarantaine épanouie, trop conscient de ses propres limites (et accessoirement du regard attentif, rouleau à pâtisseries en main, de son épouse toujours aussi prompte à lui envoyer : « c’est qui cette pétasse qui a liké ton statut quand tu as dit que tu partais pour deux jours de séminaire à la Baule ? »), il est toujours le premier à déposer un commentaire faussement ébloui quand une nana de ses amies change la photo de son profil. Alternant les « Superbe » et les « Mmmm… », sans oublier le très couru « Bravo au photographe et surtout bravo au modèle ;-)))», il n’a pas d’égal dans la flagornerie de supermarché, au cas où son petit compliment serait récompensé d’un innocent « Prenons donc un café pour se connaître IRL.»
 
La positive
Très présente sur Facebook et d’une assiduité sans faille, c’est une femme dans la trentaine fébrile ou la quarantaine affolée, perfusée à la bisounourserie vitaminée. Elle se balade, de-ci, de là en laissant toujours des commentaires poétiques et doucereux à chacune de ses apparitions. On la reconnaît facilement car elle ne dit jamais « bonjour » mais « belle journée » et fait un usage excessif de ce même adjectif pour parler successivement de  « belle soirée », « belle rencontre », « belle nuit », « belle personne » et quand le nom est masculin, elle évite curieusement le « beau » pour le transformer en « joli », ce qui nous amènera à recevoir ses encouragements pour de « jolis rêves » et un « joli moment » passé ensemble.
 
Scoopman
Cousin germain du LOLeur, celui-ci s’est donné une mission dans la vie et accessoirement sur Facebook, être le premier à vous informer sur ce qui se passe dans le monde, sur Mars ou dans son immeuble. Journaliste contrarié (et souvent contrariant d’ailleurs), concurrent déclaré de l’Agence France Presse, son monde à lui est l’instant d’avant, celui où vous n’étiez pas connecté. Michael Jackson n’était pas encore dans l’ambulance qui le donnait mort à 5 contre 1. Son principal fait d’arme, vous avoir donné les résultats de l’élection de François Hollande vers 10h00 du matin parce qu’en plus de ne rien rater de ce monde en mouvement perpétuel, sa belle sœur tenait un bureau de vote à Montluçon.
 
La femme aux doigts de pied
Elle, on ne sait pas pourquoi mais ce qui la relie au monde extérieur n’est pas son visage que l’on suppose gracile et avenant mais le sempiternel Instragam de ses doigts pieds écartelés et savamment manucurés sous toutes les latitudes. C’est bien simple, dès qu’elle arrive quelque part, elle est prise d’une envie irrépressible d’enlever ses Louboutin pour immortaliser, téléphone en main ce détail si important de son anatomie. Quand elle part en vacances, vous attendez d'elle une photo des Pyramides de Gizeh ou un cliché du Temple de Borobudur. Eh bien vous l’avez, au loin, entre le pouce et l’index.
 
Le citeur fou
A son sujet, on se dit d’abord que son érudition est sans limite et qu’on est tombé sur le fils ou la fille spirituelle de feu-Maître Capello. A chacun de ses statuts, il ou elle publie une citation d’un auteur disparu, un truc auquel on n’avait pas pensé, qui nous fait réfléchir à notre destin et au sens même de notre existence. Mais les soupçons commencent à nous envahir quand il publie des phrases posées sur des images de petits oiseaux s’envolant au devant d’un arc-en-ciel, une fin d’après midi dans le sud d’un pays où il fait beau. Là, on devine qu’il appartient en réalité à la confrérie très secrète des adorateurs de la carte postale animalière.
 
Le franchouillard
On n’aime pas forcément croiser son chemin quand on est en voyage à l’étranger et qu’on le reconnaît à dix miles avec sa mine grise, son air de ne jamais apprécier le monde qui l’entoure et son obsession à déclamer au premier interlocuteur venu « non, mais c’est qui le client ici ? » Eh bien on pensait pouvoir y échapper mais c’était sans compter Facebook où il prolifère et se répand sur nos murs. Il est au troll ce que la chenille est au papillon, c’est un nuisible en devenir qui fait ses gammes en critiquant successivement son pays, ses dirigeants (d’où qu’ils viennent), les journalistes, les présentateurs de jeu télé, les invités des émissions, la télévision abrutissante, ses voisins, son patron (quand il en a encore un), les réseaux sociaux,…
 
Voilà ma petite galerie de portraits. A vous de voir si vous en connaissez des comme ça ou si vous vous reconnaissez simplement dans l’un ou l’autre de ces profils (ce qui serait un peu plus préoccupant).
 
Quoiqu’il en soit, il n’y a pas que ça sur Facebook. Il y a tout plein de gens sympas et surtout de vrais amis, des gens dont on veut absolument partager un morceau de quotidien et qui nous manquent véritablment lorsqu’ils ne donnent pas de nouvelles.

J’aime penser que vous faites partie de ces gens là.
 
A suivre… 

               Partager Partager
Notez


Lu 15296 fois

Commentaires articles

1.Posté par Jourdan le 17/05/2013 12:48
@ Christophe : j'aime ta typologie, qui constitue un véritable puzzle sur l'identité possible des utilisateurs de Facebook. A en rassembler les morceaux-épars, on peut dégager de soi-même des liens et des correspondances. Tu as bien raison : si l'on était prisonnier à se retrouver dans un seul ou plusieurs de ces items, on finirait par tomber dans le profil-type d'un véritable portrait-robot, ce qui serait plutôt inquiétant. La démocratie numérique n'a pas vocation à rejoindre les descriptions d'un scénario à la George Orwell. Ton post, drôle et bien écrit, est enfin bien plus agréable à lire qu'une longue dissertation académique sur les profils types des internautes. Cela passe beaucoup mieux qu'une longue dissertation scientifique totalement aseptisée, produite sur le même contenu. Continue à nous informer (de toi et des nouvelles du web) sur les réseaux sociaux. Bonne journée à toi.

2.Posté par fultrix le 18/05/2013 19:16
J'avoue ne pas savoir si vous envisagez :
- l'inscrit inactif, ou presque
- l'inscrit qui raconte sa vie en clair sur son mur (de l'anniversaire de tata à ses vacances en famille ...)

L'usage du masculin n'a rien de ségrégationniste pour le genre, juste une facilité d'écriture.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Boulot | Web 2.0 | Analyse | Coups de com | Nouveautés | Chiffres clés | Communication de crise



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Voilà la dernière trouvaille de Francois Sarkozy - ça ne vole pas haut tout de même ! https://t.co/1mSZ14NtCD
Jeudi 30 Mars - 13:00
Quand @OuestFrance,1er quotidien français, titre une fausse info. Le #Brexit n'est pas prononcé aujourd'hui mais of… https://t.co/8z3l0TbKBA
Mercredi 29 Mars - 16:05
En route pour Rennes pour aider ma fille à déménager ;-)
Mercredi 29 Mars - 10:53
Tellement surréaliste de voir #Trump signer le décret pour relancer les centrales au charbon entouré de supporters hilares
Mercredi 29 Mars - 09:53
Quand la cupidité et la bêtise mènent au crime contre l'humanité https://t.co/0esI0biaVK
Mardi 28 Mars - 22:00
Etats-Unis : elle a voté pour Trump, son mari mexicain sans papiers va être expulsé https://t.co/8oiFG0JBSe via @LeParisienMonde
Dimanche 26 Mars - 18:09

Recherche