Christophe Ginisty

Petite chronique sur l'importance du temps dans l'information du public


Rédigé le Vendredi 8 Novembre 2013



A l'invitation de l'association Initiatives & Changement, je participais mercredi dernier à une conférence débat sur le thème "Médias, démocratie et cohésion sociale" aux côtés de Aziz Senni (entrepreneur, auteur, homme politique) et Marc Cheb Sun (journaliste fondateur du magazine Respect). Parmi les observations qui ont été faites par les participants, l'une d'entre elles m'a particulièrement inspirée. 

Elle fut l'initiative d'un jeune homme qui nous interpella sur la nécessité de diversifier ses sources d'information. Pour lui, un citoyen éclairé devait savoir le faire afin de se prémunir de la manipulation ou de toute autre forme de crédulité. 

Je lui ai emboité le pas tout en rajoutant un élément qui me paraissait fondamental de porter au débat, celui du temps. 

Diversifier ses sources d'information pour être correctement informé, c'est avant tout replacer ou conjuguer cette diversification dans un contexte temporel.

Si les réseaux sociaux permettent d'être informés en temps réel sur tout ce qui se passe de grand ou de petit dans le monde ou dans le quartier, il faut prendre le temps de consulter des sources qui enrichissent l'information brute d'un commentaire ou d'une mise en contexte. Il faut aussi pouvoir y revenir avec le recul nécessaire à la parfaite compréhension. 

J'en suis parfaitement conscient, il est très séduisant de zapper d'une information à l'autre, un peu comme un grignote une nourriture légère. Ce n'est pas pour autant que l'on peut se considérer informé. 

Être informé, ce n'est pas seulement savoir que quelque chose vient d'arriver, c'est aussi s'approprier l'information par la possession de clés de compréhension. Et il est extrêmement difficile d'accéder à ce niveau de compréhension lorsque l'on ne consomme que des tweets en guise de sources. 

J'adore les réseaux sociaux et tout ce qu'ils ont bousculé dans les flux d'information mais je suis pour autant super critique vis à vis des gens qui s'en contentent. Les réseaux sociaux occupent une place particulière sur l'échèle du temps et c'est une place qui a besoin d'être complétée par une autre temporalité, celle de la hauteur de vue. 

Dans les éternels débats sur l'avenir de la presse et le mal qu'Internet aurait fait aux médias traditionnels, j'ai toujours eu envie de rappeler qu'une partie de la presse n'avait pas succombé à une bataille de pertinence ou de qualité mais à une lutte idiote et perdue d'avance pour conquérir la primauté sur l'immédiateté.

Au lieu de se concentrer sur leur vraie valeur ajoutée qui consiste selon moi à nous informer correctement par la sélection et l'enrichissement des faits, les journalistes se sont positionnés massivement et jalousement aux avant-postes des réseaux sociaux pour être les premiers à "shooter" un truc que des millions d'internautes risquaient de faire avant eux. Ils ont tenté vainement de faire un OPA sur l'instant alors que ce n'est pas là qu'ils prouvent leur utilité. 

Vous me direz que ce n'est pas bien grave et qu'il demeure toujours des journalistes suffisamment avisés pour nous proposer ce recul indispensable et que nous n'avons qu'à retrouver le chemin des kiosques. 

Ce n'est pas si simple que ça. 

Car en se focalisant sur le traitement de l'information en temps réel, en investissant des moyens considérables pour concourir dans cette course au premier tweet, les journalistes ont appauvri l'information du public et ouvert la porte à la désinformation et la manipulation. 

Dans La démocratie des crédules de Gérald Bronner dont j'ai parlé ici, cette dérive est parfaitement décrite : "...les journalistes et les commentateurs en général sont des hommes comme les autres. Ils sont victimes d'illusions mentales et contaminés par des enjeux idéologiques, mais cette fragilité habituelle de l'esprit humain est amplifiée par l'urgence à délivrer une information à laquelle les contraint le monde médiatique. Lorsque le temps de latence précédant le commentaire tend à diminuer, l'empire de l'erreur de raisonnement et du stéréotype subreptice s'étend irrésistiblement."  

Le temps est un facteur clé de la qualité de l'information et l'agilité de l'opinion publique est dépendante de cette qualité. Dans un monde où le tweet est roi et les journalistes des followers, on risque de servir aux citoyens, lecteurs, téléspectateurs, des informations erronées, non vérifiées et dont l'importance est issue d'un phénomène de panurgisme dont les "retweet" et les "like" sont les carburants essentiels. 

Tout en continuant à jouir de la puissance virale du web social, nous devons avoir à coeur de consommer parallèlement des publications ou des émissions qui auront su tirer parti d'un temps plus long pour nous remettre les idées en place. 

C'est pour cela que je pense que l'avenir de la presse est dans l'apparition et la multiplication progressive de publications attachés à l'enrichissement des débats ou aux reportages en profonteur, des publications à la périodicité mensuelle (Causeur, par exemple) ou même trimestrielle (à l'image de l'excellente Revue XXI). Elles trouveront leur public car elles sont furieusement utiles à notre information à tous. 

Je serais jeune journaliste en mal de job, c'est à ces portes là que j'irais frapper. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 14897 fois

Commentaires articles

1.Posté par Marie le 12/11/2013 15:49
Oui le contexte temporel est très important dans le domaine de l'information du public, je suis tout à fait d'accord avec toi.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Libertés | Télévision | Pouvoir et médias | Presse | Blogosphère



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Great news! https://t.co/NLmmlFxjcj
Mercredi 18 Janvier - 15:02
RT @HerveMonier: Ce matin, SUITE et FIN de ma liste des 300 twittos du marketing et de la communication à suivre en 2017 (Part. 2) ⏩ https:…
Mercredi 18 Janvier - 13:39
Impossible de mettre le contact sur la moto. Serrure gelée ou serrure forcée ? Mystère !
Mercredi 18 Janvier - 08:10
RT @flahertyrob: An awesome new service from Ketchum... https://t.co/Zqdzb1cfaI
Mercredi 18 Janvier - 06:38
Analyse : Comment sortir de la post-truth? https://t.co/BiC8HYee4r
Mardi 17 Janvier - 07:25
RT @xavierwargnier: Les sommets du digital 2017 https://t.co/yklpWOf73u
Mardi 17 Janvier - 07:19

Recherche