Christophe Ginisty

Pourquoi j'ai refusé d'écrire pour le Huffington Post français


Rédigé le Lundi 23 Janvier 2012



Pourquoi j'ai refusé d'écrire pour le Huffington Post français
Alors que la version française du Huffington Post est lancée aujourd'hui sous la direction de Anne Sinclair, je tenais à développer les raisons qui m'ont fait refuser d'y contribuer.

Il y a quelques semaines, j'ai reçu le message suivant :

"Bonjour Christophe,
 
J'espère que tu vas bien. 
 
Je t'envoie cet email puisque comme tu le sais probablement, Le Post se termine, et laisse la place au HuffingtonPost. Une formule différente, ouverte à un nombre de blogueur plus restreint.
 
On souhaiterait te proposer de tenir un blog sur Le Huffington Post. Est-ce que tu serais intéressé ? Nous on l'est !

On t'en dira plus au tout début de l'année prochaine de toute façon, sur comment ça va se passer, tout n'est pas encore complètement calé. Mais on préférait te tenir au courant le plus vite possible. N'hésite pas à me répondre, et si tu as des questions, à me les poser, je répondrais à celles dont j'ai la réponse ;)

Je vous passe la suite.

J'ai immédiatement répondu que l'aventure m'intéressait et que je trouvais le projet intéressant sur le papier (enfin, façon de parler). J'ai alors demandé si les contributions que l'on me demandait de produire seraient rémunérées, non que je sois vénal mais j'estimais assez naturel de rémunérer des gens à qui l'on demande de travailler et qui, si le casting est réussi, vont contribuer au succès (commercial) du site.

Après quelques jours, mon contact (fort sympathique au demeurant) m'a répondu :

"Pour répondre à votre question, Le Huffington Post (version française, canadienne, britannique et française) ne paye aucun de ses contributeurs...  Cela dit, il devrait proposer une exposition plus importante que des sites tels que Leplus (du Nouvel Obs) ou le Lab.
La balle est dans votre camp ;)"

Oui, je sais, vous avez aussi remarqué que, dans son premier message, il me tutoyait et que, lorsque j'ai parlé argent, il s'est mis à me vouvoyer. Ce n'est qu'un détail, tout comme sa comparaison avec Le Lab ou Le Plus du Nouvel Obs qui n'engage évidemment que lui.

Tout cela pour vous dire que j'ai refusé la proposition de tenir un espace sur le Huffington Post, considérant qu'il n'était absolument pas décent de lancer un site dont une partie très significative du contenu est produite par des gens à qui l'on demande de bosser sans la moindre contre partie.

Quand on connait les gens qui sont à la tête de ce projet, quand on connaît leurs moyens et leurs ambitions, je trouve qu'il est inacceptable de faire ce type de proposition qui déshonore le titre.

C'est une chimère de croire que le web permet de créer des entreprises qui peuvent se passer des hommes. C'est une chimère aussi que d'imaginer que l'information est gratuite à produire.

Ce n'est pas parce qu'une partie de ce qui est sur Internet est du domaine public que des médias tels que le Huffington Post ont le droit de faire travailler des gens sans les rémunérer et les indemniser pour ce qu'ils produisent (et je sais à quel point certains de mes amis journalistes comprennent ce que je suis en train de dire).

Je sais que ce modèle a fonctionné aux Etats-Unis. Espérons que la France démontrera à Arianna Huffington qu'il est temps de respecter ceux qui contribuent à l'enrichir.

               Partager Partager
Notez


Lu 78610 fois

Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

54.Posté par florentb le 10/04/2012 13:43
Bonjour à tous,
Je découvre ce site à l'instant.
Ce message, que je viens de publier ce matin, peut vous intéresser :
http://livepost.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/04/10/les-blogueurs-du-huffington-post-ne-seront-pas-payes.html

PS en lien avec le flux de comments : il m'arrive à moi aussi de faire des fautes dans mes commentaires, qui sont le fruit d'une émotion (contrairement aux posts), la semaine passée j'ai mis un "t" à "parfois", il s'agit d'ailleurs souvent de fautes de frappe (!)

53.Posté par jeandes le 13/02/2012 06:24
Ben alors on fait des caprices de stars?

Je crois que c'est bien des visions différentes.

Lepost.fr permettait à tout le monde une certaine visibilité. Tout le monde pouvait écrire des articles mais sans être rénumérer pour le simple posteur ..par contre je crois que certain était payer? du moins les "noms" ceux qui était connu ..( et vous Ginisty étiez vous payer au post???

C'est toujours délicat cette forme. Par exemple pour lepost j'ai souvent vu des pseudos lambda postaient très souvent, c'est à dire quasiment tout les jours! .
la question était donc, n'est ce pas du travail dissimulé?..Surtout que je crois que certains posteurs étaient un peu payer? ( vous? birenbaum? )

Evidemment il y a le pour et contre.

oui d'un coté cela permet une visibilité..pourlepost.fr cela a peut etre permis a des anonymes ( tel que école journalisme ou meme sans ) de se faire remarquer et de faire voir une petite expériences de leur qualité ..ce qui est impossible sans lepost.fr puisque beaucoup se serait vu snober ..

donc ici lepost.fr a apporté bcp a ces gens là et a ceux qui les ont reperé..et même si c'était fait gratuitement..

En ce qui concerne les personnes deja un peu connu qui était sur lepost.fr c'est idem mais a n niveau plus différent..ne soyez pas faux cul monsieur Ginisty, et soyez honnete , la personne un peu connu mais qui n'a plus rien comme contrat ou bien aimerait vraiment étendre son champ et se faire reperer c'est un vitrine et un cv de plus ..( au pasage je crois que cela a permis a birenbaum de non seulement monter son site et de récupérer un peu des lecteurs qui l'ont connu surpost..et aussi pour la radio ..
et votre cas ici car moi je vous ai connu ( lu ) sur lepost.fr .. sinon désolé de toucher votre égo je ne vous aurai jamais connu et je ne serai jamais venu ici ou parfois ca marrive de venir vous lire..


Pour ma part je regrette le post qui pouvait justement donner la chance a tout le monde vraiment de devenir web "journaliste" bloggueur ..

et non comme le nouveau site qui veut prendre des gens qui sont déja bien introduit dans la societé tel que vous monsieur Ginisty ou sans doute vous possedez deja un beau petit carnet d'adresse..dont quelque part vous faites parti du "milieu" etc..or pour un jeune ou une personne qui veut changer de milieu lepost.fr lui permettait de faire voir ce qu'il faisait( ou de dire ou faire croire soyons honnete )


Evidemment tout travail mérite salaire..or ne soyons pas naif notre sté capitaliste et surtout en 2012 a changé ..désormais les stés, etc veulent d'abord voir ce que vous avez fait et non prendre une personne a payer en contrat d'essai ( surtout dans ce milieu évidemment qui est un milieu considéré comme de chance car faire ce que l'on aime ..)

Pour ce nouveau site apparemment leur idée et justement de faire entrer certains nom deja ou un peu connu . Certes rien de nouveau a lhorizon puisque le site atlantico , france soir etc le font deja
( au passage monsieur Ginisty vous pouvez peut etre les contacter atlantico ? savoir s'ils payent ?
rue 89? aussi etc ..


Malheureusement avec la disparition de lepost.fr il n'existe plus de site aujourdhui qui permet a tout le monde de pouvoir écrire des articles ..
tous fonctionne sur le même principe , le systeme d'etre parrainer . et dont l'article est soumis ..

Alors oui d'un coter c'est bien car ca permet de ne pas lire n'importe quoi comme parfois cetait le cas surlepost..de l'autre cette selection meme si l'article est vrai , il ny a que les auteurs "pistonné" qui se voit publier ( et agoravox fait de même )..en clair meme si l'internaute dit des choses vrais mais par malheur soit mal écrit ou fautes il se voit zapper snober ..et tout simplement préféré a un auteur deja du site..( voir son contenu est repris par la personne sans citer le nom de l'internaute bien sur

52.Posté par Lucien BONNET le 10/02/2012 05:32
Confusion autour du HuffPost Québec
Publié le 17 janvier 2012 dans Actualités par
Emma Ailinn Hautecoeur
-----------------------------
Bienvenue à l'Édition Québécoise «du populaire site d'information américain fondé par Arianna Huffington. Elle propose désormais au Québec «un mélange de reportages inédits, de blogues et de liens vers des articles publiés par d'autres médias», selon Cyberpresse et Sylvain Larocque de La Presse Canadienne. Tout comme «elle a choisi en France la femme et surtout la professionnelle du journalisme Anne Sinclair» déclare à son tour Lucien Pambou - Professeur d'Economie - dans un article du nouvelobs.com

Le Huffington Post Québec est donc, à partir du 8 février 2012, l'édition québécoise du populaire site fondé par Arianna Huffington, la présidente du Huffington Post Media Group. Présente à ce lancement "d'une édition qui donne toute sa place à la «nature distincte» de la culture québécoise, Arianna Huffington déclare vouloir ainsi «absolument faire partie du débat» sur l'avenir du Québec.

Comment ne pas remercier la fondatrice du Huffington Post à l'occasion de cette initiative !

Lucien BONNET
http://www.contact-canadahaiti.ca




51.Posté par Dieter Fleischer le 09/02/2012 10:10
Complément d'information :

-- début de citation --
D’autres critiques ont ciblé le fait que ces blogueurs sont constitués pour l’instant de personnalités VIP sélectionnées par la rédaction du Huffington Post français, sans que les internautes aient la possibilité d’ouvrir un blog lié au site, alors qu’ils sont plus de 9000 à contribuer ainsi à la version américaine.
-- fin de citation --

source:
:// http://scinfolex.wordpress.com/2012/01/25/ce-quon-lit-dans-les-entrailles-juridiques-du-huffington-post/

50.Posté par Dieter Fleischer le 09/02/2012 09:58
Avant avec lepost.fr n'importe quel personne inscrite au site (lepost.fr) pouvait publier ses "articles" en toute liberté et sans frais. C'est désormais impossible avec le "Huffington Post"! Les inscrits sur le nouveau site "Huffington Post" doivent se contenter seulement à faire des commentaires ... (POINT).

Et si d’arrière cet achat (ou ses achats) se cachait en réalité d'autres intérêts, celle de museler la presse libre (la voix du peuple)!

Lisez mon article sur:

http://blogs.mediapart.fr/blog/eau-du-robinet/250112/muselage-de-la-presse-libre-en-periode-electorale-2012-rue89com-lepo

49.Posté par Dieter Fleischer le 09/02/2012 09:53
Avant avec lepost.fr n'importe quel personne inscrite au site (lepost.fr) pouvait publier ses "articles" en toute liberté et sans frais. C'est désormais impossible avec le "Huffington Post"! Les inscrits sur le nouveau site "Huffington Post" doivent se contenter seulement à faire des commentaires ... (POINT).

Et si d’arrière cet achat (ou ses achats) se cachait en réalité d'autres intérêts, celle de museler la presse libre (la voix du peuple)!

Lisez mon article sur:
http://blogs.mediapart.fr/blog/eau-du-robinet/250112/muselage-de-la-presse-libre-en-periode-electorale-2012-rue89com-lepo://

48.Posté par Ch. Romain le 30/01/2012 18:29
Eh bien, chère étudiante en journalisme, je vous souhaite bon courage et bon succès. Et surtout, n'hésitez pas à lire ou relire le Grévisse, le Bescherelle ou le Bled de temps à autre. Ça vous différenciera de nombre de vos futurs confrères... ;-)

Et au fait, profitez-en pour travailler - entre autres choses - l'usage des majuscules. Personnellement, je ne vois pas pourquoi vous feriez moins de fautes en écrivant un article qu'en écrivant "un commentaire laissé à la hâte entre deux cours". La hâte n'est pas une excuse. Ou serait-ce que vous avez déjà le culte du vite-fait et de l'à-peu-près ?

47.Posté par sarah G le 30/01/2012 10:49
l'étudiante en journalisme fait peut-être des fautes mais elle, elle essaie de faire du travail de qualité, et ne se contente pas de recopier des communiqués de presse comme lui ont appris à le faire les journalistes avec qui elle a pu travailler lors de stage en rédaction. Et l'étudiante en journalisme a tout à fait conscience de la pourriture du journalisme telle que vous la décrivez... et espère (sans doute avec bcp d'illusions comme la plupart de ses camarades qui critiquent eux aussi vivement le journalisme: un journalisme de plus en plus people de moins en moins réfléchi) pouvoir changer les choses et revenir à un journalisme plus sain et plus sérieux!! donc non monsieur la relève de la connerie comme vous semblez l'insinuer n'est pas assurée!!en ce qui concerne mes fautes d'orthographe et surtout d’inattention, je ne crois pas qu'un commentaire laissé à la hâte entre deux cours puisse vous permettre de me juger, en outre je suis encore en formation et ait le droit à l'erreur! D'autre part vous ne me ferez pas croire que vous n'en faites jamais!merci de redescendre un peu du piédestal sur lequel vous vous placez et de faire preuve d'un peu moins de condescendance et de mépris envers les autres!!

46.Posté par Ch. Romain le 27/01/2012 20:43
Mmmouais... Il faudrait peut-être aussi se demander si les journalistes de la presse généraliste n'ont pas creusé leur propre tombe à coups d'approximation permanente, d'erreurs, de recopiage en couronne sans vérifier les sources, de bidonnage, de suffisance et d'incompétence.

En somme, pourquoi faudrait-il payer ce qui ne vaut rien ? C'est ce qu'un nombre croissant d'ex-lecteurs de journaux ou de magazines se disent. D'où chute régulière des ventes. Et c'est ce que les fabricants de journaux eux-mêmes commencent à se dire.

Pour les exemples éventuels, je vous renvoie ici :
http://www.generationsengagees.fr/index.php?site=news_comments&newsID=899

Et quant à l'avenir, il suffit de compter le nombre de fautes d'orthographe dans le commentaire n° 30 rédigé par une étudiante en journalisme, pour se rendre compte que la relève est assurée !

45.Posté par ch marie d'Izarny le 26/01/2012 14:03
Tout est dit dans les commentaires ci dessus. il fallait bien que Maître du Monde Pigasse donne un coup de main à son ami DSK
Il ne se donne déjà pas les moyens de changer les Inrocks... Le Monde va périr ....
Quant à reprendre le Huff Post pour en faire un repère de bloggers achetés mais non payés!!
Un cadeau pour redorer le blason d'Anne Sinclair, celui de DSK cela reste impossible, quoique, les Français sont amnésiques !!

44.Posté par lecteur le 25/01/2012 20:17 (depuis mobile)
Il y a 3 énormes fautes d'ortographe dans la proposition du Huffington Post... Ce n'est pas très professionnel pour un journaliste.

43.Posté par Nicolas Machard le 25/01/2012 17:50
Twitter
Absolument effarant... quand on sait qu'il est possible techniquement de proposer un partage de revenu des pub générée par l'article de l'auteur en question, c'est pas le biut du monde... Et puis désormais il y a des plate-formes qui remunerent (parfois bien) ses rédacteurs lorsqu'ils sont de qualité (Ebuzzing & co)...
http://nicoo.fr://

42.Posté par Alexis Hassler le 25/01/2012 17:04
Si je comprends bien, le Huffington Post n'est pas un site d'information, mais un annonceur publicitaire. Le contenu n'est pas produit par des journalistes dans l'exercice de le profession, en échange de rémunération. Non, le contenu est produit par des personnes qui veulent s'exposer, faire leur publicité.
Mme Dati a un intérêt lorsqu'elle publie sur ce site, celui de s'exposer à ses clients (oups, on dit des électeurs pour son métier).
Il faut juste être conscient de ce décalage avec les sites d'informations réellement professionnels.

41.Posté par véronique Godé/orevo le 25/01/2012 13:31
Sarah, votre commentaire est super juste, il est vital que nous donniez à lire un envers du décors, dont les lecteurs, téléspectateurs ou auditeurs n'ont pas conscience mais ne nous trompons pas de cible : si Christophe monte au créneau avec le Hoffpo , me semble t-il, c'est bien parce que derrière, nous somme tous conscients qu'il y a crise : pas économique, mais déontologique. C'est une crise éthique grave que nous traversons...Il en va en effet de l'exploitation des "jeunes générations" au profit du capital et de quelques journalistes stars, ce qui n'a rien à voir avec la transmission. A Actuel par exemple où il y avait peu d'argent, quand à 26 ans je ramenais des sujets cyberculture, les anciens enrichissaient mon discours de leur vison et références littéraires ou politiques et tout le monde était payé. A 40 ans rédactrice en chef adjointe d'un mensuel j'ai donné ma dem ne pouvant contribuer à l'exploitation des jeunes recrues, deux ans plus tard mon stagiaire avait pris la place ;)

40.Posté par sarah G le 25/01/2012 11:56
D'accord je comprend ce point de vue et je trouve cela très louable mais en tant qu'étudiante et préparant les concours d'écoles de journalisme je ne peux que remarquer l'hypocrisie du milieu journalistique. Pour ma part cela fait un an que j'effectue des stages en journalisme, radio, presse web principalement. J'enchaîne les stages, comme bcp de mes amis, et sachez que la plupart du temps il ne sont pas rémunérés, les rédactions nous recrutent pour des stages de deux mois pour avoir a éviter de nous payer, et parfois n’hésitent pas à se mettre dans l'ilégalité en renouvelant ces conventions de deux mois plusieurs fois....
d'autres part je constate que bien souvent nous petits stagiaires faisons le boulot d'autres personnes qui elles sont payés!
en radio locale j'ai parfois eu a faire des émissions entière (de la conception à la présentation), quel ne fut pas ma surprise de découvrir alors qu'on ne voulait même pas me rembourser ma carte orange (mais qu'on m'envoyait à toutes les conférences de presse possible et imaginable dans toute l'ile de france) de découvrir que le présentateur et journaliste que j'avais remplacé était lui payé!!et qu'il avait touché de l'argent pour ces émissions que j'ai faite!!
en radio toujours mais national cette j'ai pu être assistante d'émission encore un stage de deux mois, non payés, alors que je faisais 7h 18h tous les jours pour préparer les émissions d'un célèbre présentateur (cette radio fait parti de celle qui ont eut le plus d'audience en 2011! alors ne me parlez pas de moyens!)!! Sans parler des nombreux sites internets pour qui je rédige de nombreux articles, piges encore une fois non rémunérés.... interview, critique littéraire, musicale, article de société, et j'en passe......
Alors c'est bien beau de s'indigner de parler d'esclavagisme et de condamner le huffington poste alors que pour n'importe quel rédaction nous sommes, nous les étudiants exploité jusqu'au trognon sous pretexte de crise.... (cette excuse vient souvent....oui ms c la crise vous comprenez....)!! Sachez monsieur que nous sommes exploité, nous sommes esclaves!! les blogger du huffington post le font soit pour pouvoir briller soit par affection envers la ligne éditorial du journal!! ils se donnent donc avec plaisir à l'exploitation, et d'autres part ils ont les moyens d'être exploité! personnellement je suis de condition modeste mes parents ne me paient pas mes études faute de moyens! sachez que dans mon cas une rémunération serait plus que nécessaire les étudiants en ont besoin!! je dois donc cumulé étude stage et petits boulots pour gagner qq roupis de sansonnet ne me permettant même pas de pouvoir manger le midi!! (de tte façon on ne m'en laisse à peine le tps....)
d'autre part il ne faut pas oublier de parler de la pression que les employeurs mettent sur nous, nous sommes pour la plupart obligé de fournir un nombre d'heure exubérant alors que tous autour de nous bossent a peine plus de 8h, vitesse efficacité sont les mots d'ordre et si vous osez vouloir partir à l'heure l'on hésite pas à vous en dissuader prétextant que dans le journalisme il n'y avait pas d'horaire....(oui ms les salariés font moins d'heures que moi....)
Bref vous tapez sur le huffpost mais regardez bien dans vos rédactions et interrogez les stagiaires.....n'est-il pas plus abominable de ne pas payer des stagiaires étudiants qui galére pour y arriver et vivent avc un découvert tous les mois que de ne pas payer des contributeurs qui ont déja un boulot, un statut et surtout des moyens financiers??
je ne suis pas aigris ou deçu de ne pas être payé pour mon travail, je le savais en m'engageant dans cette voie et comme beaucoup je l'accepte et m'en accomode pcq j'ai de l'ambition et que je souhaite un jour être rémunéré! ms je trouve simplement que cet article et déplacé et oublie un peu que l'exploitation en journalisme il y en a partout dans toutes les rédactions....et nous étudiants en faisons les frais tous les jours... et ce n'est pas près de changer.....les journalistes disent même que c'est comme cela qu'on apprend le métier et qu'on sélectionne les meilleurs.....

39.Posté par Christian Baudry le 25/01/2012 02:48
Twitter
Suite au HuffPo France, je me demande si les journalistes du Monde se rendent bien compte de leur ridicule.

Avec l'opération Pigasse - Niel - Berger et les rédacteurs gratuits du HuffPo, les journalistes du Monde deviennent les valets du capitalisme puant.

Déjà que Pigasse leur avait enlevé leurs 40 voitures de fonction, mais il me semble que Niel a dit récemment qu'ils ne bossaient que 150 jours par an et que ça allait changer.

Grosso-modo Niel leur dit qu'ils sont des feignasses. Et hop, ils avalent la couleuvre. Bientôt la baisse de salaire... je me marre.

Je me marre de voir que ces redresseurs de tords professionnels, ces juges permanents boivent le lait dans la main de leurs maîtres.

En plus Niel leur interdit de prendre parti pour Hollande dans la campagne électorale: c'est mauvais pour les ventes du canard. A pognon! Quand tu nous tiens!

Anne doit bien se marrer quand elle les rencontre dans l'ascenseur.

Niel et Anne peuvent lancer leur cri de guerre: A nous le pognon! Plumons les dindons!

38.Posté par Christian Baudry le 24/01/2012 23:41
Twitter
Pour les journaliste du Monde et les journalistes français, c'est perdant-perdant.

Si le HuffPo français marche les journalistes du Monde seront progressivement remplacés par des bénévoles avides de notoriété.

Si ça rate, ils épongerons les pertes.

J'admire la continuité des choix déplorables des journalistes du Monde.

Avec Minc l'arriviste, c'était la fuite en avant et les illusions de grandeur. Minc en action: il a acheté Télérama pour une bouchée de pain et a immédiatement vendu l'immeuble et siphonné la trésorerie.

Les journalistes du Monde ont pu être payés pendant deux ans suite à ce dépeçage. J'espère qu'ils n'en sont pas fiers.

Puis le choix Niel -Pigasse - Berger au lieu de Perdriel. Alors là c'est la co**erie du siècle. Au lieu d'une arrivée de pognon et une gestion pépère de Perdriel, ils ont choisi la machine à fric qui s'assit sur les principes.

Il parait que Beuve-Mery fait la toupie dans son tombeau.

37.Posté par L le 24/01/2012 20:27
La feinte charité du riche n'est en lui qu'un luxe de plus ; il nourrit les pauvres comme des chiens et des chevaux. Jean-Jacques Rousseau.

Prétendre travailler pour rien c'est la malhonnêteté de ne plus reconnaître avoir déjà tout et ainsi pervertir le sens de l'égalité lentement mais sûrement.

Réclamez, exigeons, une remise à niveau générale - on verra bien alors qui veut toujours travailler gratuitement et pour l'intérêt général.

36.Posté par Timothée L''Angevin le 24/01/2012 18:50
Désespérant effectivement. Les médias profitent justement des jeunes journalistes et bloggeurs pour enrichi leur site sans dépenser un centime! Je suis exactement dans cette situation: vulgairement parlant, "on baisse notre froc et on dit merci"!

35.Posté par Christophe Ginisty le 24/01/2012 18:47
Merci, Véronique pour ce long et intéressant commentaire.

34.Posté par Godé le 24/01/2012 18:41
Merci Christophe, d'avoir eu le courage de publier cette lettre et à ceux aussi qui ont laissé leur commentaire : on se sent moins seul(e) !
journaliste encartée depuis 1990 au mensuel Science & technologies du groupe L'événement du jeudi (l'arrêt du titre en 1991 mériterait un autre post) pro web et freelance depuis, je n'ai cessé d'être confrontée à ce genre de dilemme : accepter ou refuser de travailler gratuitement pour des titres en ligne émergents, capables dès lors qu'un "business plan" était validé par de jeunes banquiers béotiens découvrant les taux de croissance d'une "net économie" nord-américaine en plein boom, de dépenser des millions (de francs) en campagnes publicitaires, pour se vendre quelques mois plus tard à un industriel ou un plus gros groupe de presse, une fois devenus supports en ligne acceptables, pouvant justifier, grâce à nos contenus d'un trafic et d'une communauté d'internautes suffisamment grande, et ce, sans jamais proposer aux journalistes, une quelconque participation aux résultats alors que cela se pratiquait couramment dans les start-up.

Dix ans plus tard, la candeur d'Anne Sinclair qui par ailleurs s'autorise, dans les colonnes de Elle à nous ressortir des poncifs sur la presse française (dont "les articles seraient moins pointus que ceux de nos collègues américains") devrait me faire sourire, si son cynisme, révélateur d'une classe sociale que les rentes ou cumuls de postes autoriseraient en effet, à travailler gratuitement par militantisme (mais lesquels ?) n'avait fini par faire déborder le vase, trahissant non seulement certaines valeurs d'une gauche dont elle se revendique, dévalorisant de surcroît celles de toute une profession, jusqu'à nier la valeur même du travail.

Oui, cela devrait me faire rire si cette pratique courante, que cette irresponsable ingénue a eu la maladresse de révéler dans le domaine médiatique, ne s'étendait pas au monde des arts et de la culture en général... Il y aurait encore beaucoup à dire sur la fameuse carte de presse qu'il faut non seulement payer de sa poche en tant que freelance et qui ne s'obtient que sur justificatifs de fiches de payes alors que la plupart des media en ligne ne possédant pas de numéro de commission paritaire nous rémunèrent -quand ils le font-, en droits d'auteurs. Et que sans cette carte de presse nous n'avons plus accès à certains cercles du débat.

Mais pour qu'Anne Sinclair n'ait pas le sentiment d'être un bouc émissaire, je m'autorise - que le webmestre pardonne la longueur de mon commentaire- à vous livrer cette anecdote : après avoir tenu pendant huit ans avec trois autres confrères une rubrique en ligne sur arte.tv ( www.arte.tv/cultures-electroniques) le directeur des nouveaux média de la chaine fraichement nommé m'annonçait le 5 septembre: "pour des raisons de priorités rédactionnelles, la plate-forme ne peut être maintenue. [...] La nouvelle plate-forme Arte creative, elle, propose un contenu fourni directement par les artistes et non par des journalistes". Plate-forme, sur laquelle on me propose les codes d'un espace pour y mettre gratuitement mes interviews et reportages en ligne. Elle n'est pas belle la vie ?
A ceux qui ne l'ont pas encore fait, je conseille d'aller voir "Les nouveaux chiens de garde " (vous ne le trouverez ni à l'UGC ni au MK2 mais dans les dernières salles indépendantes) le film De Gilles Balbastre et Yannick Kergoat d'après l'essai de Serge Halimi, est très instructif et drôle à la fois !

33.Posté par ITI le 24/01/2012 16:18
Salut Christophe.On s'est cotoyés il y a des années, alors que je sévissais chez ZIFF. le DG de l'époque (FM) n'avait déjà pas compris, alors que la SCAM ne nous défendait pas (mais perdait nos "débuts de pistes")....
Là, l'écriture n'était plus gratuite, le contenu des articles était purement volé (du papier vers le Web), les textes modifiés, réattribués. Rien de neuf sous le cyber-soleil, quoi....
Amicalement,
ITI

32.Posté par Ben le 24/01/2012 15:58
Vous avez totalement raison Christophe Ginisty de refuser ce type "d'arrangement" indigne d'un titre qui se prétend d'information.
Et on se pose la question pourquoi la presse va mal, faute de lecteur et d'annonceur ?...et la "liberté d'expression" comme le sens critique en danger! Depuis combien de temps mon banquier travaille gratis? il me semblait que journaliste était un métier donc rémunéré!!!

31.Posté par Bria le 24/01/2012 15:56 (depuis mobile)
Y'a des tickets restau au moins ? Nouvelle illustration du "When you pay peanuts you get monkeys " !

30.Posté par Seins clairs le 24/01/2012 14:14 (depuis mobile)
Moi qui avais beaucoup apprécié sa façon de renvoyer dos à dos donneurs de leçon de morale et féministes dans Elle, j'avoue être très surprise de sa caution à l'exploitation de ses confrères journalistes. Notez que les médias d'une manière générale ne se gênent pas pour piller les citoyens que nous sommes via nis tweets, vidéos ou autres indiscrétions et ceci sans nous payer, en faisant du buzz et revendant photos et infos au prix fort.
Dans une autre vie pas si lointaine j'étais journaliste (et le suis toujours) et ai assisté au developpement de sites qui ont fructifié grâce aux contributions de lecteurs. Tout ça gratis.
Pour en revenir au mail reçu par Christophe Ginesty, il est signé par qui? C'est essentiel de le savoir et de pouvoir le vérifier. Donc, Christophe, si tu tranferais directement le mail sur ton blog, tout serait plus clair je pense.Au fait Anne Sinclair elle fait ça benevolement aussi?
Confraternellement

29.Posté par Moi même le 24/01/2012 13:17
Peut être le seul journal à ENFIN parler du "Koweit gâte" alors que le ministre de l'industrie de l'époque (1991) était l'adorable épouvantail qui sert parfois d'époux .

28.Posté par sophie taam le 24/01/2012 10:24
Bravo pour votre prise de position courageuse. Ce qui est tout de même important à savoir, c'est que l'économie américaine et françaises ne fonctionnent pas du tout de la même façon. Autant aux US, des initiatives non rémunérées finissent, quand elles fonctionnent, par engendrer un nouveau type d'économie, autant en France, ce qui n'est pas rémunéré n'est qu'une exploitation pure et simple parce que notre économie n'est pas capable de transformer une valeur non marchande en autre chose.

27.Posté par Kaskouye le 24/01/2012 10:23
Vous devriez penser à créditer un peu plus souvent les photos que vous utilisez au risque de lire un jour un article "pourquoi j'ai attaqué Christophe Ginistry pour non respect du droit d'auteur".
Vous utilisez des photos sans rémunérer leurs auteurs, créditer leur nom est la moindre des chose...

26.Posté par Christophe Ginisty le 24/01/2012 09:42
Oui, c'est un peu l'esprit.

25.Posté par Marc Louboutin le 24/01/2012 09:41
En gros, Mme Sinclair, et sans faire de basse politique, qui elle n'a sans doute pas accepté ce poste bénévolement, invente un nouveau slogan :

"Travailler plus pour gagner rien."

Pas de doute, cela sonne comme maxime...

24.Posté par Leslie Boulay le 24/01/2012 09:29
Bonjour,

Je suis bien contente que l'on parle ENFIN de ça.

Celà fait des années que le phénomène existe dans le monde artistique de l'image ou l'on vous fait miroiter la possibilité de faire connaitre votre travail en échange de prestations gratuites, tant est pregnante l'idée que l'art, comme un article de blog, est forcément un loisir que l'on fait à coté et qu'il ne peut être un boulot sérieux (Et si on veut en faire son boulot sérieux, on ressent nettement la désaprobation du type "Vous l'avez bien cherché, fallait pas être artiste, ce n'est pas un boulot "sérieux".)

Les journalistes ont intérêt à faire bloc contre ce genre de pratique s'ils veulent que leur boulot demeure, aux yeux des gens, un boulot sérieux. Parce que le jour ou l'on regardera leur taf avec autant de condescendance que le notre, c'est à dire comme une chose accessoire, Alors on sera très très mal.

Par contre il est triste que très peu de voix médiatiques s'élèvent pour dénoncer un phénomène qui s'étend sur le Web depuis déjà quelques années et dont je suis sûre qu'il ne touche pas QUE les journalistes et les artistes.

Le risque est je pense réel que tout ce qui se passe sur le Web finisse par acquérir une aura de seconde zone en matière de qualité : journal, art, économie, travail... Parce que le pli sera pris de n'employer que des "amateurs", même si ces amateurs sont aussi brillants que les pros.

23.Posté par Laurent le 24/01/2012 06:44
Les questions d'argent sont très intéressantes. Refuser de publier faute de rémunération ne me semble toutefois pas la meilleure raison de refuser de participer à cette publication dont les objectifs, avec Madame Anne Sinclair à sa tête, semblent plus que douteux.

En relevant la tête du guidons, que pouvons-nous remarquer ?
D'abord, le Huffington Post est propulsé par le quotidien Le Monde. Ensuite, Le Monde a été récemment phagocyté par Monsieur Matthieu Pigasse, banquier de son état.
Rien ne nous choque ?
Mais siiii. Regardons de plus près...

Le triptyque 'Sinclair / Dsk / Pigasse' est tout à fait symptomatique de ce qui se passe depuis 1973 en France. Un monsieur à l'ambition présidentielle démesurée (Dsk) a besoin d'argent pour financer sa campagne (Pigasse). Pourquoi a-t-il besoin d'argent ? Tout simplement parce que le peuple ne vote pas pour le plus compétent, mais pour celui qui a fait la plus belle campagne, c'est-à-dire celui qui a été le plus présent dans les médias (Sinclair). Et comment est-on présent ? En dépensant beaucoup d'argent pour acheter de l'espace. Et qui détient cet argent ? Les banquiers. Les banquiers comme Monsieur Pigasse. Et une fois l'élection présidentielle bouclée, de qui est redevable notre bon Président ? Certainement pas de ses électeurs qui ne peuvent rien car la Constitution ne leur permet pas de destituer un mauvais Président. Notre bon Président est redevable devant ceux qui ont financé sa campagne. Les banquiers.

Et depuis 1973 en France, las banquiers sont également ceux auprès desquels les Etats sont obligés d'emprunter depuis que Messieurs Pompidou et Giscard d'Estaing ont fait en sorte que la France ne puisse plus emprunter à sa banque centrale, l'obligeant à emprunter aux banques privées, c'est-à-dire au marché.
Et nous voilà au coeur de la plus grande collusion entre les politiques et les banquiers qui mènent les Etats à la ruine. Et lorsque les organes de presse relaient cette collusion sans y faire allusion, nous avons raison de craindre le pire. Madame Sinclair affirme qu'elle restera objective. Peut-on me dire s'il faut rire avant ou après la virgule ?

Le but de cette publication avec Madame Sinclair à sa tête est certainement de propulser Monsieur Dsk aux plus hautes responsabilités. Bien que je suis totalement curieux de la façon dont les spécialistes de la communication vont faire oublier la vraie nature humaine.

Voilà une bonne raison de refuser de publier pour le Huffington Post : refuser de participer à la ruine des Etats. J'ai bien conscience que tout cela est naïf et idéaliste. Et alors ?
La rémunération des pigistes semble anecdotique.

(Pardon pour ce long billet. La démonstration n'est pas aisée en moins de 500 mots).

22.Posté par Marc le 24/01/2012 00:47
@Stephan: le site ne paye que ses employés (ils sont 8); les autres contributeurs étant bénévoles. Anne Sinclair n'est pas payée, mais "intéressée aux résultats".

21.Posté par Marc A. Cormier le 23/01/2012 21:07
Mon billet de décembre dernier à ce sujet : Un Huffington Post France ? Non merci !

20.Posté par Philippe Hurlin le 23/01/2012 20:46
J'aimerai beaucoup savoir si Anne Sinclair a accepté de travailler pour rien, elle?

19.Posté par Danièle le 23/01/2012 20:22
Anne Sinclair déclarait ce matin - lu sur twitter -

davidmedioni #sinclair dit que tout le monde devient journaliste en prenant des photos avec son iPhone. C'est plutôt un témoin ça non ? #huffpost

Tout est dit.

Tu as raison, Christophe.

Ce n'est pas pour rien que la France se classe au 44eme rang dans le monde pour la qualité et la déontologie de sa presse, derrière le Mali

18.Posté par nègre le 23/01/2012 19:50
Ds le même genre ds un grand hebdo paraissant le 7è Jour, dénoncer le fait de servir de nègre à sa chef de service est un motif de licenciement... Vous avez dit respect ?

17.Posté par Stephan le 23/01/2012 16:09 (depuis mobile)
Bien sûr que Huffington Post paye ses collaborateurs, employés et blogueurs, ne racontez pas n'importe quoi!

16.Posté par Marion le 23/01/2012 14:19
Tant qu'à faire, autant être journaliste stagiaire à ce stade! ;-) Des tâches ingrates, un contribution de misère, un statut qui n'est pas reconnu et du boulot à revendre! Au moins vous aurez le statut étudiant et les avantages qui s'en suivent!

15.Posté par Marc le 23/01/2012 12:40 (depuis mobile)
Encore un modèle économique ou ceux qui bossent ne touchent rien! Vous avez bien fait de refuser... Rachida travaillera gratuitement, elle;-)

14.Posté par Martine Castro le 23/01/2012 12:29
Le travail sans rémunération, c'est tout simplement de l'esclavage... de l'exploitation de l'homme par... par qui au fait ici ? Enfin, comment dire oui à une lettre si riche en fautes d'orthographe !

13.Posté par hassen chébili le 23/01/2012 12:28 (depuis mobile)
Morale en reprenant l'expression du Canard Enchaîné à ma façon : "les journalistes ne s'usent que si on les pressent."

12.Posté par Alex le 23/01/2012 12:25
Ce n'est pas normal de faire ecrire des gens et d'engrenger des profits qui seront sans doutes énormes avec la ventes des espaces pubs etc etc.Ils se rendront vite compte que ce n'est pas possible de tenir comme ca sans payer les gens. D'autres sites francais "collaboratif" ont essayé, mais finalement les publications sont moindres

11.Posté par desvouges le 23/01/2012 12:05 (depuis mobile)
Tout est dit et finalement rien n'est écrit! Merci aux rapaces qui continuent de vouloir presser les contributeurs! La presse est morte ? Non, pire, elle est gratuite !

1 2

Privé | Politique | Destinations | Inclassable | Livre | Pensées | Mon blog | Mémoires | IPRA | Conférences



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Encore un bon moment lors de l'enregistrement de l'émission Les Experts de @BX1Officiel aurour de @jjdeleeuw - diffusion demain 12h30
Vendredi 30 Septembre - 16:25
RT @fabricearfi: J'ai eu Catherine Nay au téléphone. Attention, histoire vraie. https://t.co/VmxogpLtrA
Jeudi 29 Septembre - 16:32
Quel titre ! "Le corps trouvé au Bois de la Cambre identifié comme étant celui d'un homme disparu" https://t.co/hZBMzwW1MM via @lalibrebe
Jeudi 29 Septembre - 16:28
Trump? How Could We? https://t.co/D521qq7BwJ "Electing such a man would be insanity" by @tomfriedman
Jeudi 29 Septembre - 10:46
RT @stefanstern: This is the button you have to press to leave the BBC's Brussels bureau. #brexitmeansbrexit https://t.co/9GIq0hRa0u
Mercredi 28 Septembre - 18:59
Could not believe this: #Trump to accept further debates only if Hillary #Clinton is not there https://t.co/CBiEyVW3cs
Mercredi 28 Septembre - 18:18

Recherche