Christophe Ginisty

Questions existentielles autour du piratage d'oeuvres musicales


Rédigé le Lundi 9 Mars 2009



Questions existentielles autour du piratage d'oeuvres musicales
Lu ce matin sur le site du quotidien gratuit Métro :
Alors que l’assemblée examinera mardi le texte concernant la "Diffusion et protection de la création sur internet", il se confirme que le téléchargement illégal n’est pas qu’une affaire d’initiés. Selon un sondage exclusif TNS-Sofres-Logica pour Metro, 26% des personnes interrogées âgées de 18 ans et plus ont déjà téléchargé ou utilisé des contenus illégalement téléchargés sur Internet. Une proportion qui atteint 37% chez les internautes occasionnels ; et 45% chez les internautes réguliers.

Mon point de vue ne sera certainement pas populaire mais j'en ai un peu assez qu'on stigmatise les comportements des internautes à longueur de colonnes. J'en ai assez aussi qu'on ne se pose pas toutes les questions relatives à ce phénomène. Car il y a derrière tout ça un choix de société.

A l'heure où Séguéla vient louer le bling-bling-roi en associant la réussite d'une vie à la possession d'une montre de marque, il y a une question que je me suis toujours posé à propos des relations entre les internautes et la musique : n'il y a-t-il rien d'anormal à accepter de vivre dans une société où le moindre chanteur de variété nouvel-starisé gagne 1.000 fois plus qu'une infirmière ou qu'un instit ? Je sais ce que vous allez me dire, c'est populiste et démago. Sans doute un peu, mais pas tant que ça quand on y réfléchit.

Je respecte la création plus que tout, je suis par ailleurs totalement favorable à ce que l'on protège le droit des auteurs, quel que soit le support sur lequel il porte. Et si je condamne les pirates, ceux qui commettent un vol sous toutes ses formes, je trouve malgré tout que l'on mélange un peu trop l'artiste et son écosystème. Les fortunes astronomiques du cinéma ou de la musique sont certes régies par les lois de l'offre et de la demande, la révolution Internet est irréversible et va forcer les industriels à revoir leurs modèles économiques et ce ne sont pas quelques lois (même idiotes comme la loi HADOPI française) qui vont l'empêcher. Cela peut paraître choquant mais la pression des internautes est une excellente nouvelle.


La musique et la cinéma sont trop chers

Ce qui est en train de se passer ne sonne pas la mort de la création contrairement à ce que certains voudraient sous-entendre mais celle de la production/distribution telle qu'elle est organisée aujourd'hui. La résistance s'organise de toutes parts et on peut le comprendre. Mais qu'on ne nous dise pas qu'il n'y aura plus de musique, plus de films.

C'est la fin d'un monde, ce n'est pas la fin du monde. La musique ou le cinéma ne sont pas uniquement une forme d'expression, ce sont des industries. Rendez-vous compte que l'industrie musicale vit depuis des années sur un modèle éculé qui refuse d'évoluer. Le CD audio existe sans renouvellement majeur depuis des décennies et entre l'artiste qui gratte au sous sol de sa maison et votre platine CD, il y a, comme pour le litre d'essence, une nuée d'intermédiaires qui se sucrent au passage de la chansonnette.

Je veux bien que l'on fasse la leçon aux internautes pour leur expliquer qu'ils ne doivent pas voler. J'aimerais aussi qu'on me donne les arguments pour défendre le fait qu'on doive payer plus de 15€ pour écouter une musique encapsulée par album sur un support médiocre. Car ceux qui sont nés avec Internet ont raison de refuser a priori le modèle que l'on a imposé à leurs parents consentants. Et si le piratage force les industriels à se remettre en cause, et bien le piratage aura été bénéfique.

Je vous avais prévenu. Ce que je dis n'est pas politiquement correct.

               Partager Partager
Notez


Lu 1894 fois

Commentaires articles

1.Posté par Juliette le 16/03/2009 10:18
Démagogique. Le piratage mine l'équilibre économique des industries culturelles et donc la diversité des oeuvres à venir compte tenu des systèmes redistributifs assez malins mis en place en France notamment dans le cinéma et l'audiovisuel : le succès des oeuvres de cinéma finançant les nouvelles oeuvres.

La"liberté des internautes est respectable mais elle n'est pas assimilable au droit au pillage. J'ajoute que continuer de propager auprès des plus jeunes qui peuvent avoir ce sentiment, l'idée "hypocrite", qu'Internet est un espace gratuit quand on est un chef d'entreprise qui travaille et se rémumère pour ses services de communication très légitimement, n'est aps très honnête intellectuellement.

J'espère en tout acs que le Modem a des choses plus intéressantes à dire sur l'économie du numérique et le financement de la culture.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
@inesevoika you've got mail ;-) thanks for your spontaneous cooperation
Samedi 3 Décembre - 13:10
@inesevoika sure, that would be great
Samedi 3 Décembre - 12:51
I do remember 3 years ago when I spoke at #PRilika2016 - it remains a great souvenir
Samedi 3 Décembre - 10:57
Looking for a speaker who could elaborate on the importance of social networks for women in the Arab world as an emancipation tool
Samedi 3 Décembre - 10:55
RT @jjdeleeuw: Grand moment. Les expertes à 12h30 sur @BX1Officiel : @celinefremault @Assita_Kanko @SylvieLausberg @Bea_Ercolini @zariauror…
Samedi 3 Décembre - 09:03
RT @ldcRTBF: #Molenbeek Un nouveau panneau au style hollywoodien à l’entrée de la commune @FredericNicolay #InitiativeBruxelloise #UCLWebCo…
Samedi 3 Décembre - 08:53

Recherche