Christophe Ginisty

Réflexions sur l'utilisation des réseaux sociaux dans des environnements BtoB (professionnels)


Rédigé le Mardi 2 Octobre 2012



Réflexions sur l'utilisation des réseaux sociaux dans des environnements BtoB (professionnels)
Voilà une question que l'on me pose souvent : à quoi peuvent bien servir des campagnes sur les réseaux sociaux lorsque l'on est une entreprise qui ne propose ses produits ou ses services que dans des environnements professionnels et à un nombre limité de personnes ?

Il est vrai que cette question est légitime.

C’est l’exemple type d’une organisation qui ne vend que de manière indirecte à l’utilisateur final, qui passe par un réseau de revendeurs et qui présuppose que les revendeurs en question n’ont que faire des conversations sur Linkedin, Facebook ou Twitter.

A priori, on serait tenté de donner raison à ces dirigeants lorsqu’ils affirment ne pas être concernés par le web social.
En réalité, la situation est beaucoup plus complexe que cela et je voudrais faire trois remarques pour tenter d’éclairer le débat.

On est toujours le « B » de quelqu’un
Lorsque je suis sur les réseaux sociaux, où que je navigue, je suis qu’une seule et même personne (si, si, je vous l’assure) mais j’ai plusieurs casquettes. Je suis à la fois le consommateur final qui va s’acheter des produits de la vie quotidienne : des gadgets électroniques, des livres et des ustensiles de cuisine, des voyages, des vacances, une moto,… Mais je suis également dirigeant dans une agence de communication, cible potentielle de tout un tas de prestataires de services : organisateurs de séminaires, vendeurs de bases de données, voyagistes, recruteurs, fournisseurs d’études, de piges presse,…

A quel moment suis-je le consommateur et à quel moment suis-je le professionnel ? La vie privée et la vie professionnelle se sont fondues l’une dans l’autre et il peut m’arriver de naviguer à titre professionnel et d’être capté par une offre privée et inversement.

Et ma présence sur les médias sociaux répond à la même simultanéité, même s’il est vrai que certains réseaux sont plus propices à des échanges professionnels que personnels.

C’est une première raison de ne pas négliger les réseaux sociaux dans les environnements BtoB.

Il faut composer avec le BtoBtoC
Le revendeur à qui vous allez fournir vos produits est au contact des utilisateurs finaux. Il a besoin de les séduire avec son catalogue et si votre notoriété est installée auprès de ces derniers, vous allez créer des effets de leviers très utiles.

Pour formuler autrement ce point, l’idée défendue ici et qu’il faut créer les conditions de favoriser la demande en amont mais aussi en aval de l'intermédiaire avec lequel vous êtes en relation. Il est à ce titre utile que le grand public connaisse votre marque, cela aura un effet de prescription qui facilitera la vente du distributeur, et donc la vôtre.

Une utilisation intelligente des réseaux sociaux va favoriser votre besoin de notoriété sur un marché encombré et global et où l’information est pléthorique.

Il ne s’agit pas là de vendre mais de construire une marque.

Les réseaux sociaux vont se segmenter
Nous sommes dans la première ère du développement des médias sociaux au cours de laquelle nous sommes confrontés à un phénomène de foule et de masse.

Pour faire simple, des centaines de millions de personnes se sont retrouvées au même endroit et ont grossi les statistiques de Facebook.

Demain, nous allons probablement assister à un phénomène inverse obéissant à un mouvement de balancier. Ce n’est qu’une intuition de ma part mais j’ai la conviction que le web social va se segmenter de plus en plus autour de communautés d’intérêt cohérentes et moins peuplées.

Des micros réseaux sociaux vont naître et se développer avec une logique communautaire volontariste. Et je pense qu’une partie d’entre eux sera organisée autour d’univers professionnels très fermés et donc beaucoup plus propices aux échanges commerciaux.

Ce n’est pas encore une réalité mais cela ne saurait tarder si j’en crois les signaux faibles qui prouvent que des phénomènes de repli se produisent déjà dans certains groupes humains lassés de la foule Facebook.

Voilà ce que je pouvais dire sur cette question de l’utilisation des réseaux sociaux dans des univers très professionnels.

Finalement, ce que l’on doit comprendre de tout ça, c’est que la dimension sociale va envahir tous les secteurs de l’économie.
Ne croyez pas en être épargné et ne passez surtout pas à côté de ce qui est une opportunité.

               Partager Partager
Notez


Lu 1297 fois

Commentaires articles

1.Posté par Jourdan le 03/10/2012 07:15
Super ton article Christophe ! Grâce à lui, j'ai enfin compris ce que voulait dire une "segmentation" dans ton langage.

2.Posté par Philippe Pinault le 06/10/2012 12:08
Twitter
Je partage ton analyse et ta conclusion. Je ne crois pas qu'un milliard de personnes resteront indéfiniment dans un espace relativement clos et propriétaire et qui plus est condamné à trouver coûte que coûte les ressources nécessaires pour le ROI de ses actionnaires. J'ai la conviction que les internautes aspireront à retrouver les mêmes possibilités que ce qu'elles font avec facebook mais sur des espaces qui leur redonne la main, l'autonomie, la possibilité de se l'approprier dans une logique d'interconnexion et d'échanges avec de nombreux autres espaces. Les blogs avaient cette particularité de permettra à chacun d'avoir sa propre "liberté". Leur format, leur périmètre fonctionnel, la pauvreté des interfaces d'échanges (webservices) au sein de ce grand écosystème web n'a pas permis au blog de devenir ce lieu de rencontres, de participation et d'engagement d'une communauté. Des communautés centrées sur des intérêts bien identifiés, d'expertises, de métiers, associatives, ...bref, des communautés d'un temps nouveau sont à venir.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Boulot | Web 2.0 | Analyse | Coups de com | Nouveautés | Chiffres clés | Communication de crise



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Très bon papier de @MBecquembois sur les approximations de #VanessaBurggraf dans #ONPC à l'encontre de @najatvb https://t.co/epS7yCazaX
Lundi 22 Mai - 17:45
RT @AndreeaHirica: On the #PostTruth Era: "Fake news is not new, the power of the medium is" https://t.co/MORwbDewYP by @cginisty #Reputat…
Lundi 22 Mai - 17:01
@marcelsel C'est la mère Michel comme dans la chanson?
Lundi 22 Mai - 14:26
@Efkouts Have a great day!
Lundi 22 Mai - 12:57
RT @P_T_MM: "Sharing & curation obsessions are the problem. '#FakeNews' is NOT" @cginisty on #digital newsgathering #EBS2017 https://t.co/u…
Lundi 22 Mai - 12:37
Another pic of my presentation at #EBS2017 about #FakeNews and media challenges https://t.co/sfGojzpCQY
Lundi 22 Mai - 12:22

Recherche