Régionales au MoDem : les questions qui ne doivent pas fâcher


Rédigé le Mardi 1 Septembre 2009


Régionales au MoDem : les questions qui ne doivent pas fâcher
Depuis quelques jours, la question de la stratégie du Mouvement Démocrate pour les prochaines élections régionales est au coeur de nombreux débats, sur les blogs, dans la presse et au sein des autres formations politiques. Ce matin, Marielle de Sarnez évoquait une nouvelle fois cette question dans le journal le Figaro.

A quelques jours de notre université de rentrée, nous devons nous poser toutes les questions et pas seulement celles qui nous plaisent et qui nous rendent populaires les uns aux autres en interne. Vous le savez, je n'aime pas les tabous et j'ai parfois tendance à mettre les pieds dans le plat, alors allons-y.

  • Pourquoi faire de l'alliance avec l'UMP un tabou ?
    Je lisais ce matin dans le Figaro un propos de Marielle qui déclarait "Seule certitude pour l'heure : il n'y aura aucune alliance avec l'UMP". Sur le fond, je suis totalement d'accord sur ce point mais sur la forme, je trouve ça discutable. Soit il y a un débat interne et on débat de tout, soit ce n'est plus un débat mais une proposition de plébiscite. Au printemps dernier, le Sénateur About confessait à un journaliste de Libération qu'il se sentait parfaitement bien au sein de la majorité présidentielle. Président du Groupe Union Centriste au Sénat, ce n'est pas n'importe qui et ce propos n'est pas anodin. Si nos dirigeants souhaitent vraiment ouvrir le débat, qu'ils le fassent sans interdire des hypothèses par principe. Car on évacue toujours mieux une question que l'on a discuté.
     
  • Les "sortants" sont-ils MoDem ?
    L'enjeu des alliances avec une autre formation politique n'a qu'une seule finalité : garantir l'élection d'un maximum de conseillers régionaux, à commencer par la réélection des sortants qui n'ont pas de raison objective d'être sanctionnés. Cela me semble un objectif tout à fait louable mais la question crue que l'on pourrait se poser est la suivante : le Mouvement Démocrate, créé en décembre 2007 a-t-il une responsabilité politique et morale vis à vis de deux qui ont été élus sur des listes UDF portés par l'UMP ? Je vous avais prévenu, ce sont des questions pas faciles à traiter. Mais n'ayons pas de tabous. Si l'on prend l'exemple de l'Ile de France, rappelons-nous que c'était André Santini qui menait la campagne de l'UDF avant de fusionner avec les listes de Jean-François Copé pour le second tour. Les Conseillers Régionaux élus l'ont bel et bien été avec les voix de l'UMP. On peut alors revenir à la portée politique de la première question de cette note. Et ne nous voilons pas la face, cela se posera également l'an prochain à l'occasion des sénatoriales (et nous revenons à la première question de cette note).
  • Est-il dramatique de faire l'impasse sur une élection ?
    Il n'y aurait rien de mal à admettre que notre mouvement est un mouvement jeune et que nous n'avons pas les structures pour enchaîner élection après élection. Plutôt que se prendre les remontrances de groupes de militants qui crient au loup quand on ne respecte pas les statuts (et je sais de quoi je parle), ne serait-il pas préférable de faire preuve de réalisme et d'humilité pour conclure à l'impossibilité temporaire de nous présenter "en force" à chaque échéance et sur l'ensemble du territoire ? Pouvons-nous réellement nous permettre d'assumer l'image d'une formation politique qui se plante devant les électeurs ? Ne serions-nous pas plus forts en faisant une impasse pour triompher plus tard ?
  • Combien de cadres se taisent en attendant une investiture ?
    Il y a des problèmes manifestes de gouvernance au sein du Mouvement Démocrate. Tout le monde le sait et tout le monde en a fait l'expérience récemment car je reçois un très grand nombre de témoignages en ce sens. Mais pourquoi si peu de membres du Conseil National prennent-ils la peine de s'en offusquer ? Combien sont-ils à espérer une investiture aux prochaines élections ? Combien sont-ils à craindre qu'une prise de parole un peu insolente leur barrerait la route de l'élection ? Je n'en ai aucune idée, je me contente de m'interroger.
Voici quelques questions qui me passent par la tête et j'imagine que vous en avez bien d'autres. Je ne dis pas que ces questions sont le reflet de ce que je pense, je dis simplement que j'aimerais que le débat brille par sa vitalité et que nous n'évitions collectivement aucune question... qui en fâche certains.


                   Partager Partager

    Christophe Ginisty
    Notez

    Commentaires articles
    Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

    56.Posté par Christian Romain le 03/09/2009 17:37
    @ Europium

    Il faut partir des choses telles qu'elles sont et non telles que vous les souhaiteriez...

    Que vous le vouliez ou non, que cela vous fasse ou non froid dans le dos, le taux d'abstention aux élections Européennes est l'un des plus élevés de toutes les consultations régulières et, de plus, ce taux augmente inexorablement de consultation en consultation. L'électorat a certainement tort de ne pas prendre cette élection davantage au sérieux, mais le fait est là.

    Comprenez bien que lorsque j'écris : « Les Européennes représentaient à mon sens un enjeu relativement abstrait (il n'y a qu'à voir le taux d'abstention) pour lequel un vote de sensibilité pouvait se concevoir », je n'exprime pas mon opinion sur les Européennes, mais mon opinion sur la façon dont les Européennes ont été perçues par le corps électoral. C'est là que le bât blesse : je pense que les électeurs "se lâchent" d'autant plus aisément que l'enjeu leur paraît plus lointain. Comme l'enjeu des Européennes leur paraissait lointain, ils se sont lâchés en votant EE.

    C'est plus clair, dit comme ça ?

    Il n'est donc pas utile de chercher à me convaincre que l'élection européenne est importante : j'en suis pour ma part aussi convaincu que vous. Par contre, si vous avez une idée pour convaincre les près de 60% de Français qui ne se sont pas déplacés, ne vous privez surtout pas.

    Meilleures salutations,

    55.Posté par europium le 03/09/2009 17:13
    @christian romain

    Réponse au post 49

    Je maintiens que je tenais le même discours que vous il y a + de 2 ans, mais depuis ma réflexion a évolué car il est nécessaire de prendre en compte que la réflexion centriste par son approche non bipartisane n’est pas malheureusement compréhensible de prime à bord par le plus grand nombre, cf les études d’opinions depuis deux ans . L’UDF n’était pas un parti populaire, le modem ne réussi pas à l’être. FB a certes une bonne image, mais elle est surtout dû au fait qu'il apparaît a la fois comme un chevalier blanc et un contestataire. Il n'y a peu de répercussion de cet image qui améiore l'image du Modem.
    .
    Sans doute faudrait-il relire mon post précédent en changeant « électorat centriste » par électorat potentiel qui pourrait voter pour un candidat centriste suivant les circonstances.

    Une étude fin juin examinant l’électorat potentiellement centriste le déterminait comme extrêmement volatil, pouvant en partie se déterminer durant la dernière semaine. Cet électorat en partie la aussi est défini par certains comme intello ou bobo.

    Venant de l’UDF, sans doute le parti le plus européen par le passé qui faisait de bons scores aux européennes, je suis en total désaccord avec votre phrase « Les Européennes représentaient à mon sens un enjeu relativement abstrait (il n'y a qu'à voir le taux d'abstention) pour lequel un vote de sensibilité pouvait se concevoir ». Quel horreur de lire cela, ça me fait froid dans le dos . Les européennes ne sont pas malheureusement un sujet abstrait , ce n’est pas connaître le sujet que dire cela. ….

    FB en se trompant d’élection n’a pas su fédérer l’ancien électorat UDF qui lui aurait permis de faire un bon score. J’essaierais de retrouver un excellent article de Sylvie Goulard qui vous démontrera que les européennes sont un enjeu extrêmement important et que les politiques dans leur grande majorité font tout afin de gardé leur petit pré-carré pour ne pas intéresser l’opinion publique à cette élection…..

    54.Posté par CK le 03/09/2009 16:40
    @Christian Romain

    J'en connais mais peu c'est vrai.

    Ce que je crois (et que l'on n'est pas obligé de croire),

    c'est que beaucoup ont suivi F. Bayrou parce qu'il est une alternative au pouvoir,
    mais pas forcément à lui tout seul.
    Et ne pas choisir maintenant nettement un camp (on est pas obligé d'y perdre son âme)
    présente deux inconvénient.

    1). On peut l'en soupçonner de ne pas avoir autorité sur les quelque huppés et autres du Modem qui gardent des liens avec le Sarkozysme et en sourdine disent qu'il ne faut pas être anti-Sakosyste Primaire (ce qui est stupide, on est pour ou contre Sarko, et F. Bayrou a montré avec son livre qu'il était vraiment contre et moi je l'en approuve pleinement).
    .
    2) On peut l'accuser d'être très prétentieux, et pourquoi n'y aurait-il que lui et le Modem à
    participer à une Alternative ? Mon point de vue est que le Modem doit en prendre une grande part mais n'est pas tout seul à détenir la Vérité.

    53.Posté par CK le 03/09/2009 15:54
    @Danièle Douet

    Bon si je dis que la Grande Majorité des gens du Modem veulent des accords avec le PS
    c'est que les rares critères objectifs vont tous dans ce sens.

    Bon d'accord j'ai "extrapolé", et "commence à quitter le Modem" peut-être pas pour le PS
    c'est vrai, pour ailleurs ou pour nulle part en attendant pour beaucoup que la situation se clarifie à Gauche, mais certainement pas pour revenir au Modem. .

    Ma très chère, vous m'avez l'air de trés bien le connaitre le Modem.
    Alors dites moi combien il a d'adhérents ?

    C'est très bien d'avoir la tête sur les épaule et le Maintien fier, Etre droit dans ces bottes,
    et de dire que les autres se prennent pour ceci ou cela, en attendant vous ne donnez strictement aucun argument valable !!

    Ah si celui-là : ça ne marche pas donc on recommence !!



    52.Posté par Christian Romain (Nanterre) le 03/09/2009 13:39
    @ CK

    En tant qu'ancien PS venu au MoDem en 2007, j'ai gardé des contacts avec d'anciens camarades. J'ai vu de vieux militants PS déchirer leur carte pour aller chez Mélenchon ; j'en ai vu déchirer leur carte et n'aller nulle part en attendant que le MoDem leur paraisse assez porteur d'avenir. J'ai aussi vu des MoDem déchirer leur carte et partir, qui au Nouveau Centre, qui à Alliance centriste. Mais je n'ai pas encore vu de MoDem partir au PS, non plus d'ailleurs qu'à Europe Ecologie.

    Je ne dis pas que ça n'existe pas ; je dis que je n'en ai pas vu. En tout cas, pas encore.

    Et vous ?

    51.Posté par Danièle Douet le 03/09/2009 13:24
    @ CK # 50:

    Vous prenez vos désirs pour des réalités, lorsque vous écrivez:

    comme c'est une réalité que ce qui reste du peuple modem pour une majorité veut des accord avec le PS, beaucoup commencent à quitter le Modem pour le PS.


    Vous vous prenez pour le MoDem, mon pauvre ami...

    Le MoDem dans son ensemble a bien plus la tête sur les épaules...

    50.Posté par CK le 03/09/2009 12:58
    @Christian Romain

    Je suis bien d'accord avec vous qu'il y a 2 PS
    Le PS Aubry (et j'y mets aussi Delanoë)
    et Le PS Valls Ségo Peillon
    Je ne suis pas d'accord du tout qu'il soit désuni , Les Valls, Peillon etc... ne veulent plus
    obeir comme des enfants à Ségo mais tous sont plutôt solidaires et actifs.

    D'autre part dans les faits j'ai bien l'impression que personne de ce PS Valls Ségo Peillon
    ne veut venir au Modem et que c'est le contraire qui se passe, à savoir
    comme c'est une réalité que ce qui reste du peuple modem pour une majorité veut des accord avec le PS, beaucoup commencent à quitter le Modem pour le PS.

    En réalité plus les gens sont placés hauts au Modem et moins (en moyenne) ils veulent des accords le PS. Pourquoi ?
    D'autre part je ne vois vraiment pas en quoi avoir des accords avec le PS oblige
    les gens Modem à s' noyer dans la masse,

    49.Posté par Christian Romain le 03/09/2009 12:14
    @ Europium

    D'accord sur ce que vous dites à propos de la volatilité d'un certain électorat que je ne définirais pas forcément de "centriste", mais qui cherche effectivement à envoyer des messages au gré des consultations. On pourrait d'ailleurs dire la même chose de l'électorat NPA ou de l'électorat FN, dont les résultats électoraux dépassent parfois largement la base "naturelle".

    Là où je ne vous suis pas, c'est qu'à mon avis cet électorat vote de façon d'autant plus utilitariste que les enjeux du scrutin lui paraissent plus concrets. Les Européennes représentaient à mon sens un enjeu relativement abstrait (il n'y a qu'à voir le taux d'abstention) pour lequel un vote de sensibilité pouvait se concevoir. Ce fut à mon avis le sens du vote EE. Mais c'est une chose de traduire une sensibilité écolo-sociétale en envoyant des Verts à ce lointain parlement européen, c'en est une autre totalement différente de leur confier les clés de la baraque. EE n'est à mon avis pas un parti de gouvernement crédible.

    La difficulté, dans l'immédiat, c'est que les Régionales envoient au CR des conseillers assez peu identifiés personnellement, et que donc l'effet Européennes peut jouer à nouveau, ce qui serait sans doute moins le cas pour des Législatives, des Municipales et bien entendu une Présidentielle. Nous devons donc rapidement bâtir et communiquer un projet régional simple et fort. Parallèlement, nous aurions intérêt à démultiplier notre campagne en autant de "petites municipales" axées sur les préoccupations concrètes, identifiées au cas par cas, de chacune des grandes villes de chaque département. Une stratégie de parcellisation qui nous permettrait de rendre concrets les enjeux des Régionales, et donc d'éviter le "vote de sensibillité" au profit d'un "vote d'adhésion".

    Vous parler de "fidéliser cet électorat centriste". Comme, dans les premières lignes de votre post, vous incluez dans ledit électorat centriste (occasionnel) une fraction de l'aile droite du PS, je saisis mal en quoi votre position est opposée à la mienne. Il me semble que nous disons la même chose. Simplement, j'essaie de proposer des pistes concrètes là où, sauf erreur de ma part, vous n'en proposez pas encore. Mais nous sommes globalement d'accord.

    48.Posté par Marrot le 03/09/2009 12:03

    Chers Démocrates,
    Je crois que le projet du Mouvement Démocrate est porteur d'avenir car il n'est pas le miroir du centrisme ou son reflet, ni d'ailleurs celui de la droite ou de la gauche. En effet, l'enjeu est bien de dépasser le clivage droite-gauche mais la condition nécessaire est d'être à l'écoute de la philosophie politique du Mouvement démocrate. Pour autant, il me parait nécessaire de concevoir des alliances autour de valeurs communes et d' un projet fédérateur. Si nous sommes des démocrates, il est utile de chercher à dialoguer et à faire apparaître nos points de convergences. Construire une majorité est un enjeu majeur pour bâtir une alternative crédible à la droite Sarkozyste. Notre pays doit percevoir qu'une autre société est possible et qu'une autre société est nécéssaire. Bâtissons là sans sectarisme, sans dogmatisme.

    Je rajouterais qu' il me semble indispensable de mettre en place une consultation pour trancher la question "des alliances" juste après la tenue à l’automne du congrès programmatique, et des réformes internes qui ont été annoncées .

    Continuons à débattre et nous verrons bien les modalités démocratiques qui seront mises en place. En attendant ce rendez-vous je crois parce que je l'espère que nous devons surtout êtreprudents dans nos déclarations et être fidèle à notre engagement qui est de construire un projet nouveau autour d'une nouvelle centralité qui est l'humain.

    Pour celles et ceux qui souhaitent lire mon point de vue sur le positionnement de Marielle de Sarnez : http://pmarrot.lesdemocrates.fr/
    .


    Amicalement
    Philippe Marrot

    47.Posté par europium le 03/09/2009 10:37
    @Christian Romain

    Belle rhétorique, moi comme bon nombre avant et après la présidentielle 2007 tenions exactement le même discours sur le boulevard qui existait au centre et sur les deux gauches au PS et le bla bla bla qui allait avec…..

    Nous nous sommes plantés car dans notre raisonnement nous avons oublié une chose : la volatilité de l’électorat centriste (qui va de la droite du PS à la gauche de l’UMP en passant par le centre droit et le centre gauche, puis maintenant les écologistes) qui ne raisonne pas avec des œillères comme les bons militants que nous sommes.

    Cet électorat a pour particularité de se servir des élections pour envoyer des messages et il navigue suivant les élections du PS à l’UMP. Cet électorat qui réfléchit non pas en fonction des logiques d’appareils mais en fonction de ce qu’il pense peu voter PS pour les régionales, Modem pour la présidentielle, ecolos ou UMP pour les européennes et vice-versa.

    Le principal problème d’un parti centriste pour s’inscrire dans la durée et préparer la présidentielle est de ne pas occulter les élections intermédiaires afin de tenter de fidéliser cet électorat centriste. Le meilleur exemple de cet erreur stratégique est les européennes ou la direction du Modem a focalisé médiatiquement et principalement son discours sur l’anti-sarkozysme alors que cet électorat centriste voulait uniquement que l’on parle de l’avenir de l’Europe pour se prononcer, et le résultat a été une fessée pour le Modem….

    46.Posté par Christian Romain le 03/09/2009 09:08
    "Nous perdre ou nous fondre dans une alliance avec le PS"...

    Lequel ?

    Aujourd'hui, il y a deux PS entre lesquels la scission s'accentue de plus en plus. Un PS de tradition social-démocrate, incarnée par Peillon, Valls, Royal, Huchon, Delanoé et les clubs qui gravitent autour. Et un PS plus dur, plus ancré à gauche, incarné par Aubry, Hamon, Fabius (!) et les clubs qui gravitent autour.

    Ce dernier courant n'est pas majoritaire dans le parti, mais il tient pour l'instant l'essentiel de l'appareil. Il est affaibli sur sa gauche par la création du parti de Mélenchon, qui a été rejoint par une bonne partie des militants qui auraient eu vocation à soutenir cette aile "dure". Il est opposé à une alliance avec le MoDem pour des raisons de positionnement politique (quoique Martine Aubry n'ait pas hésité à s'allier au MoDem pour garder la mairie de Lille) et aussi, évidemment, pour des raisons de rivalité dans la perspective de 2012.

    Le premier courant serait majoritaire chez les militants PS, mais il est affaibli au sein de l'appareil et, surtout, il est miné par la "guerre des chefs" en interne : Royal, Delanoé, Peillon, Valls... sans compter DSK qui attend de faire son grand come-back fin 2010 ou début 2011 à l'occasion de ces fameuses primaires. Il explose donc en une multitude de chapelles que peu de choses différencient objectivement mais qui se veulent autant d'écuries. Ces écuries sont donc obligées de s'inventer des différences idéologiques pour justifier une séparation qui ne traduit en réalité que des rivalités de personnes et d'ambitions personnelles.

    Parmi les militants PS qui soutiennent ce courant social-démocrate, beaucoup sont conscients de la situation et en ressentent une amertume profonde, d'autant plus profonde qu'ils n'en voient pas la solution. Ces militants seraient aisément séduits par le MoDem, pour peu qu'ils y trouvent un projet, un discours et des personnalités attirants. Car un parti avec un candidat clairement identifié pour 2012 (ça, nous avons), un projet clair (ça, on manque) et rangé en ordre de bataille (ça aussi, ça manque encore) avec quelques leaders au discours fort et volontariste (ça, on a : il suffirait qu'ils puissent s'exprimer sans cacophonie interne) suffirait largement à leur bonheur.

    Donc, ce n'est pas le MoDem qui risque de se diluer dans le PS ; mais une partie de l'aile droite du PS qui pourrait bien, demain, venir rejoindre le MoDem. Moyennant, je le répète, un projet clair et un discours unifié.

    Ce qui suppose d'admettre non pas un "virage à gauche" du MoDem, mais de revenir aux bases d'un discours républicain, centré sur des valeurs républicaines et humanistes, exigeant et intransigeant sur les principes républicains de base. Un discours qui rassure, qui affirme sereinement et qui propose. Un tel discours est de nature à rassembler aussi bien des républicains de l'ex-UDF que des personnes de sensibilité social-démocrate de gauche : on l'a déjà vu en 1997 avec Chevènement. Et un discours, enfin, qui fasse une place plus large à Cap 21 et, à travers lui, aux préoccupations environnementales.

    Nous avons un boulevard devant nous. Il nous "suffit" de nous organiser pour l'emprunter. Mais il est clair que diverses forces internes s'y opposent, pour des raisons de conviction ou d'opportunisme. Et il est clair aussi qu'une partie des adhérents issus de l'UDF ne se reconnaît pas dans ces possibles orientations, faute d'explications, d'analyses et de débats.

    Il y a donc aussi un gros travail de pédagogie et de communication à mener.

    Bref, y'a du taf'. Mais je crois que le jeu en vaut la chandelle.

    45.Posté par cocobe le 02/09/2009 23:58
    Pourquoi faire de l'alliance avec l'UMP un tabou ? Parce que malheureusement, le seul qui était fréquentable nous a quittés. « La seule région où le MoDem aurait pu éventuellement s'entendre avec le parti majoritaire était l'Alsace d'Adrien Zeller, décédé il y deux semaines. » a déclaré Marielle de SARNEZ au Figaro


    Les "sortants" sont-ils MoDem ? De cœur, sans contestation possible ils ont fait un choix courageux en 2007, et beaucoup sont allés « au carton » pour les législatives.

    Est-il dramatique de faire l'impasse sur une élection ? Toujours la même au Figaro : « trois mois pour fixer les lignes directrices » sans compter cette autre nouvelle : « des surprises, un rajeunissement et de nouvelles têtes » choisies par qui, quand ? En décembre vraisemblablement.

    Combien de cadres se taisent en attendant une investiture ? Acceptes-tu de faire un compte rendu et de relater les interventions des courageux qui oseront se faire entendre en dehors de toi bien entendu ?

    Ce matin, sur le Post, tu écrivais :

    Pour le moment, tout ce que nous savons, nous les militants, nous l'avons appris par voie de presse. Aucun débat interne n'a eu lieu au MoDem sur ces orientations malgré le fait que nos statuts le prévoient explicitement. N'oublions pas que nous nous appelons "démocrate" et que nous ferions bien de l'appliquer à notre propre organisation.

    J'ai pour ma part la conviction désagréable que les décisions ont déjà été prises par François Bayrou et Marielle de Sarnez et que nous allons nous perdre fondre dans une alliance avec le PS pour maximiser nos chances d'avoir des élus.



    La suite…….

    44.Posté par Phil le 02/09/2009 22:27
    @ Tony POLETTI

    Je suis d'accord avec votre analyse.

    43.Posté par Christine le 02/09/2009 21:53
    @ Europium
    La guerre entre J. Le Guen et B. Malgorn pour les régionales en Bretagne ne concerne pas le MoDem. Il y aura une liste Modem indépendante en Bretagne, je puis vous le garantir !

    42.Posté par CK le 02/09/2009 21:02
    @Europium

    Comment dire...Quelqu'un d'autre du Modem avec mêmes paroles et même scénario, pour moi c'était pareil. Marielle moi je l'aime plutôt bien. Peut-être qu'elle a avalé quelques couleuvres trop en silence, qu'on la voit de trop et toujours sans jamais contredire son mentor. En tout cas à la télé elle passe bien (ma soeur l'aime bien), c'est vrai qu'à la télé le "trop souvent" n'est pas encore arrivé.

    Euh ... me sens pas encore trop menacé par les tentations hégémoniques, mais peut-être un peu par le "yaka mettre le smic à tant", mais bon ... tout le monde évolue, peut-être même les gens du Modem..., c'est dire ...

    41.Posté par Tony POLETTI le 02/09/2009 20:30
    Bonjour M. Ginisty, les questions que vous soulever sont intéressantes, sans tabous certes, mais en-deçà du véritable enjeu qui est selon moi est l’avenir durable d’un MoDem indépendant et rassembleur.
    Comme vous le rappeler dans votre billet le MoDem est né en 2007 et en tant qu’adhérent 100% MoDem je ne me sent aucunes responsabilité morale et encore moins politique vis à vis des personnes qui ont été élues sous l’étiquette UDF/UMP, ces élections appartiennent au passé. L’exemple de l’Ile de France avec Santini est parfait pour illustré la question que vous vous posez sur le manque de réaction de certains Conseiller Nationaux et cadres du MoDem, c’est une question d’état d’esprit et d’éducation politique. A l’instar de Santini qui continue dans la tradition de vassale de l’U.M.P. à avaler les couleuvres les plus grosses et dont la dernière en date dans le mercato politique est la venue du « bouffon vendéen » dans la grande famille des « sans fierté », les sortants et les aspirants manquent de courage politique, handicapés qu’ils sont par leur certitudes apprises à l’école de la politique du 20eme siècle. Et pourtant les exemples ne manquent pas, Obama n’a t-il pas bousculer les habitudes des démocrates américains ? Le japon n’a t-il pas su réagir après plus de 50 ans de libéralisme débridé (sans jeu de mots) en portant un démocrate au poste de premier ministre ? En France le résultat de François Bayrou en 2007 n’était-il pas un signe que le monde avait une furieuse envie de changer les habitudes et même sans vouloir lui faire de la pub, Ségolène Royale n’a t-elle pas réussi à faire bouger les pachydermes de son parti avec ses petits bras ?
    Le MoDem est rester 2 ans dans le petit bassin et il est temps pour lui de plonger dans le grand bain et sans bouées.
    Les choses doivent être claires, les futurs investis doivent savoir à quoi ils s’engagent :
    1.Liste indépendante au premier tour.
    2.Maintien au second si possible.
    3.Si maintien impossible, fusion autorisée après consultation des adhérents concernés.
    Sur l’impasse, plutôt que de parler du manque de structures, je parlerai du manque flagrant de volonté ou pire d’incompétence manifeste pour les instaurer. Si il y a des remontrances de la part des adhérents dont je suis, elles sont dans 99 % des cas justifiées. Pour ma part je pense qu’il serait préférable de faire preuve de réalisme et d’humilité pour conclure à l’impossibilité définitive de continuer a nous présenter à chaque échéance et sur tout le territoire avec des candidats imposés sur des critères que je ne qualifieraient pas par charité humaine.
    C’est très bien de se préoccuper des électeurs et de l’image que l’on peu leur donner, en même temps, le sentiment des adhérents vis à vis des choix du MoDem doit-être présent dans chaque décision pour obtenir leur adhésion. L’impasse équivaudrait à laisser la place à nos adversaires et à nos concurrents et la crédibilité du MoDem en prendrai un sacré coup.

    Le MoDem et le Père François doivent continuer le chemin difficile de l’indépendance malgré l’insistance de certains courtisans plus préoccupés par leur petite « place » que par l’avenir du Mouvement. Du reste, comment peut-on imaginer, ne serait-ce qu’une seconde que François Bayrou après s’être libérer de l’emprise UMP puisse se placer sous la domination du PS, d’une part cela me semble inconcevable pour tout être humain normalement constitué, mais de plus cela signifierai un renoncement pour 2012, une faute politique majeure pour lui et la fin d’un espoir de changement de société pour les adhérents.
    A bientôt et que la force de poser toutes les questions sans tabous, soit avec vous !
    (brève de comptoir de mon garagiste : le MoDem c’est une Ferrari, mais pour le moment, il est conduit comme une deux chevaux.)

    40.Posté par europium le 02/09/2009 19:04
    @CK

    En gros moi c'est simple, plus MDS prend de l'importance plus j'ai envie de me barrer.....le coté tout le monde il est gentil, tout le monde est beau... le coté bonne copine de FB sans jamais le contre-dire ça commence à me gonfler menu-menu.... Que pense MDS sérieusement et réellement? FB fait silence actuellement, MDS assure l'intérim, c'est loin d'être top!!!!!!

    39.Posté par Danièle Douet le 02/09/2009 18:55
    Merci Christophe de recentrer le débat.

    A la lecture de certaines contributions, on pourrait avoir l'impression de la main-mise d'une idéologie sur le MoDem par des tentations hégémoniques.

    J'ai vécu trop près d'une dictature, la RDA, pendant près de 30 ans, où le "socialisme réellement existant" était maintenu par la force "pour le bien du peuple", que je supporte très mal ces coups de boutoir.


    38.Posté par CK le 02/09/2009 18:40
    @Christophe

    Bon d'accord, votre rôle est aussi de présenter tout le Panel des Sensibilités du Modem (Panel trés riche voit-on).

    Alors je refile le défaut de "non choix permanent" à la direction du Modem ....jusqu'à maintenant.
    Peut-être va-t-elle trés bientôt me démentir.

    Pour ma part dans le fond, en gros c'est simple, j'ai fait le choix "Marielle Marseille", sans qu'on le rabote d'une sciure.

    Mais là je ne suis plus dans le débat. C'est une décision prise.

    J'apprécie beaucoup effectivement votre espace de liberté de Parole,et vous soutient complètement.

    37.Posté par Caroline le 02/09/2009 18:08
    Vu ce fil cet AM dans le JDD

    Politique | 02/09/2009 - 17:14
    Régionales: Sarnez aurait bien contacté Huchon

    Contacté par leJDD.fr, Christophe Ginisty, membre du Conseil national du Modem, a confirmé mercredi que des contacts ont bien été pris entre Marielle de Sarnez et Jean-Paul Huchon en vue d'un rapprochement entre Modem et PS dans le cadre du scrutin régional de 2010 en Ile-de-France. Publiée le 27 août sur son blog, cette information avait été démentie par les deux parties. "Je ne peux pas citer mes sources, mais je vous certifie qu'au moment où j'ai publié ce message, tous deux étaient bien en contact", assure aujourd'hui le responsable centriste.

    36.Posté par europium le 02/09/2009 17:50
    @CG

    En effet au modem il y a différentes sensibilités et ces dernières prennent le dessus actuellement. Avec la présidentielle de 2007 bon nombre de français venus de divers horizons se sont retrouvés derrière le projet de l'UDF libre et il a fallu créer le modem sur cette lancée.

    Que reste-t-il des idées de départ après plusieurs échecs électoraux? ont-elles réellement été mises en places en interne? non évidemment!

    Alors faut-il continuer a s'entre-tuer et devenir un PS bis ou l'intérêt a long terme prime sur l'intérêt général? La question mérite d'être posée au préalable pour continuer. A quoi cela serre-t-il de disserter sur des grandes idées si les fondations se fissurent? Ne faut-il recréer un base idéologique sur les valeurs de départ et voir ce que l'on peut développer par la suite?

    35.Posté par Christophe Ginisty le 02/09/2009 17:35
    CK -> Je récuse totalement cette accusation du "non choix permanent". Mon choix, c'est le débat interne, sans complexe et sans tabou et respectueux de la parole des militants. Si tu appelles ceci un non choix, je ne comprends plus rien à la démocratie.

    Si j'ai écrit cette note, c'est précisément pour élargir le champ du débat.

    Je pense sincèrement que SEUL le débat interne peut nous rassembler, alors que nous avons parfois des sensibilités différentes. Et il ne faut surtout pas certaines sensibilités soient exclues de la discussion.

    Je n'ai jamais caché ma sensbilité personnelle. Ce n'est pas pour autant que je ne veux pas considérer ceux qui n'ont pas la même.

    C'est un choix pour la diversité et pour la vitalité du débat.

    34.Posté par europium le 02/09/2009 16:52
    à l'Hérétique

    En bretagne, la guerre fait rage entre Jacques LE GUEN ( chiraquien et villepiniste) élu par les adhérents UMP pour être la tête de liste aux régionales et Bernadette Malgorn (ancienne préfette de région et collaboratrice de sarkozy à l'intérieur) qui aurait la préférence des élites parisiennes...

    Y aller seul c'est suicidaire en l'état actuel à moins d'avoir un très bon programme ( que l'on ne dévoile pas dans les 15 derniers jours comme pour les européennes!!!!!) et une très bonne communication.

    Au second tour en ayant eu moins de 10% au premier tour, tu ne peux que ramasser les miettes et c'est même pas sûr, la charité chrétienne ce n'est plus ce que c'était, surtout en politique! C'est ferme ta gueule et fais ce que l'on te dit, et surtout ne la ramène pas, sinon....




    33.Posté par L'hérétique le 02/09/2009 16:32
    @ europium
    on y ira seul de toutes façons au premier tour. Au second tour, ce sera tantôt l'indépendance, tantôt l'alliance. Mais nulle part on ne s'alliera avec l'UMP sauf si Goulard, en Bretagne prenait la tête d'une liste régionale. Il a suffisamment montré son indépendance pour qu'une alliance avec lui soit possible.
    @ Fotini et Thierry
    oui, un peu las...

    32.Posté par europium le 02/09/2009 16:07
    assez d'accord avec le dernier post de Thierry P.

    la politique a géométrie variable c'est fini. il va falloir être clair et concis non pas pour se faire entendre mais tout simplement pour se faire comprendre . Une fois la stratégie établie en fonction d'une approche programmatique réaliste et cohérente il faudra tenir tous le même discours comme sait le faire l'UMP pendant une campagne électorale.

    le modem a plusieurs possibilités pour les régionales, c'est à la fois le particularisme et la difficulté d'être centriste :

    1) y aller seul et se ramasser une nouvelle fois car aux 4 dernières élections le modem a fait moins de 10%, sa base électorale étant peu fiable et volatile. Or ce seuil de 10% est important pour exister au second et par conséquent pour peser.

    2) s'allier avec l'UMP, voire le NC, en se foutant royalement du programme ( comme le faisait l'UDF pour les élections intermédiaires, seul les postes étaient importants) et satisfaire ainsi une certaine classe politique centriste pour qui le modem ne représente rien...

    3) s'allier avec le PS mais sur quelle base et dans quel but à long terme?

    4)s'allier avec les verts avec la même interrogation que ci-dessus.


    Je lis ici ou la que le modem se donne encore 3 mois pour se positionner et donner ses têtes de liste. Cette façon de faire de la politique est-elle professionnelle? cf, ce qui se passe depuis les législatives 2007 ou cet attentisme et le dévoilement tardif des investitures envoient inéluctablement la grande majorité des candidats au carnage car ils n'ont que très peu de temps pour s'organiser ....

    31.Posté par Thierry P. le 02/09/2009 15:42
    @ L'Hérétique
    C'est vrai que tu as petite mine :-)
    En réalisant mon petit tour de France des conseils régionaux, j'ai pu noter que les effectifs étaient faiblards.
    Conséquence de 2004, année de déroute pour le bloc conservateurs.
    2007 et son lot de départs d'élus, et non pas de battus, aura encore clairsemé les rangs déjá peu fournis.
    Ensuite je note un grand déphasage entre le discours national qui donne un coup de gouvernail à babord (mais pas trop) et la réalité de la situation d'élus sortants dont on ne sait pas comment ils vont négocier ce cap.
    Quand je vais aller voter en mars prochain, je penserai "régional" mais aussi, je m'attacherai à écouter les discours nationaux.
    L'argument des majorités à géométrie variable a pu se concevoir dans un contexte communal. A l'aune de la région, on ne pourra pas mettre en avant des particularismes locaux pour expliquer les divergences de stratégies entre les régions.


    30.Posté par europium le 02/09/2009 15:23
    @ fotini

    +1...

    Peut-être qu'un ancien UDF comme lui est lassé ou est-il réaliste par rapport aux comportements de certains.....deviendrait-il fataliste, lui qui est si "provoc" et poil à gratter d'habitude, comme il aime parfois à se définir?

    29.Posté par Jean-Pascal le 02/09/2009 15:21
    Je n’ai pas du laisser de commentaires sur ce blog depuis des mois même si je continue à le lire mais je ne résiste pas à l’envie de dire à quel point j’adhère au sens de cette note.
    Je me sentais CDS, puis FD puis UDF, à chaque fois par défaut,
    Par sympathie également pour le leader de ces formations successives et parce que la vision et le modèle de société proposé ou suggéré par ce dernier m’a toujours séduit
    Je suis en revanche Modem par conviction, même si je mesure aujourd’hui l’écart entre l’espoir généré et le chemin parcouru
    Convaincu que cette formation est inédite, capable de bousculer à la fois les clivages, mais également la façon de faire de la politique.
    Je garde aujourd’hui espoir même si je ne peut m’empêcher d’être déçu par tant de frilosité, sur certains sujets évoqués par cette note, mais également sur tant d’autres.
    Ces derniers mois j’ai souvent , mentalement posé au coin de mon bureau ma carte d’adhérent et un paire de ciseaux.
    Ma carte demeure en un seul morceau, mais pour combien de temps encore
    Pour très longtemps j’espère

    28.Posté par Fotini le 02/09/2009 15:16
    @l'hérétique

    tu m'as l'air bien las... ;-)

    27.Posté par europium le 02/09/2009 15:05
    à danielle douet

    la notion de "pur" est a opposé a certains modem venant de l'UDF, qui sont des modem de façade, des UMP dans leur façon de penser et de faire de la politique. Je précise que je suis un ancien UDF qui ne supporte plus le double langage et la double façon de faire de certains anciens UDF.

    désolé, mais je vais être directe comme l'hérétique, les menaces départs "forcés" sont logiques car il en va de la crédibilité du Modem. Fini les débats internes ou tout le monde est d'accord, puis dans les faits, en off tous les coups sont permis.... c'est un peu trop facile de manipuler tout le monde par devant; de faire le canard, puis de sortir les couteaux bien aiguisés à la nuit tombées car ce n'est plus business is business qu'il faut défendre mais carrière is carrière!!!!!!!

    26.Posté par CK le 02/09/2009 14:59
    Christophe,

    Très étonné par votre billet qui fait l'apologie "du non choix permanent" !!

    Peu m'importe la tactique, veux enfin un choix national clair et net du Modem !!

    Pour les débats cela fait 2 mois que j'en fais dans les blogs et avec des amis.
    Désormais je débattrai peu et badinerai plutôt (plus de vacances, débattre pas que ça à faire).
    Je les laisse faire par les militants très impliqués, méritants, mais n'ayant pas toujours
    forcément une "appréhension" globale.

    Je tiens donc à résumer mon point de vue le plus nettement possible (avant l' UR )
    dont je ne sais dans quel mesure il est représentatif mais qui est peut-être celui d'une tendance.

    A) Pour les points des Promoteurs, je suis d'accord sur tous
    sauf le Shadow Cabinet (ça foire presque toujours ou ça ne sert à rien du tout sinon à
    crâner) et y verrai plutôt à la place un département économique avec chiffres précis
    (Français et autres Pays ou continents), en effet les chiffres précis réels de l'économie sont
    quasiment introuvables en ce moment.

    Mais pour moi ce n'est pas le plus important.

    B) Je ne reste au Modem que si :

    1) Le groupe des Sénateurs Modem se retire de l'Alliance Centriste du Sénat.

    2) Le Modem est totalement indépendant de l'UMP et de tous Les Centres (Alliance
    Centriste ou Union Centriste etc...compris bien sûr), et ne fait aucun accord aux régionales
    avec eux.

    3) Le Modem fait pour les régionales des accords clairs et francs dès avant le 1er tour avec le
    PS (en passant par Valls Ségo et Peillon) ET les Ecolos ( personnellement n'ai rien
    contre des accords avec la Gauche de la Gauche qui est légaliste que je sache, et trouve
    que l'agiter en chiffon rouge est d'un ridicule absolu) .

    D'autre part pour le fonctionnement du Modem, j'ai déjà insisté que je pensais qu'un minimum de démocratie directe me semble important (Connaitre sur tout l'avis des sympathisants et en tenir fortement compte, et les faire participer , au mieux avec les vedettes bien aimées).

    Je pense que le Modem est à la croisée des chemins et cette fois-ci ne peut s'en tirer par un consensus de façade.

    Pour les manques du Modem plus détaillés et notamment de fonctionnement il me semble qu'il y a depuis Juillet ici de très bons commentaires bien précis et de bonne foi (Thierry P. et David(chiffre) .

    Ex UDF ou pas je m'en fiche complètement du moment qu'ils suivent les règles minimales Modem. (c'est pas possible ne pourriez vous pas faire des articles où le mot UDF s'efface automatiquement partout en appuyant sur une touche, c'est un musée ou quoi le Modem ?)

    Christophe, bon courage.






    25.Posté par mand'av le 02/09/2009 14:56
    @entropium
    et autant de train d'adhérents militants qui quitteront le train modem en cas de réélection de modem sous la casquette droite ump ou gauche ps.

    Il nous faudrait des listes modem neuves qui arrivent en tête, UTOPIQUE ??

    24.Posté par europium le 02/09/2009 14:54
    @l'hérétique

    ben non, puisqu'aux cantonales les élus modem ayant participé aux "alliances centristes"+ UMP pour se faire ré-élire sont toujours au modem( ben pourquoi?)...... et se sont retrouvés en face de candidats Modem qui eux se sont ramassés!!!!
    Comment dès lors avoir un discours clair auprès de l'opinion publique quand il existe de telles situations?

    Si le modem tolère ce genre de situations aux régionales, il en sera fini du Modem. Pour que son discours devienne de nouveau compréhensible, les alliances au cas par cas pour satisfaire telles ou telles situations personnelles et carriéristes doivent cesser.

    la question des alliances doit être débattue en interne et que tout le monde respecte ce qui sera décidé de façon collégiale et que ceux qui enfreindront la règle soient exclu du Modem, un point c'est tout....

    23.Posté par Danièle Douet le 02/09/2009 14:53
    @ europium et L'Hérétique:

    J'ai quelques problèmes avec vos conceptions...

    Les "purs", cela me fait penser à St Just, l'« archange de la Terreur » ou encore « l'archange de la Révolution »... Son sens de la "pureté" s'est terminé dans le sang... De même que les Khmers rouges ou autres personnages persuadés d'avoir raison contre toute une société.

    Je regrette les menaces de "départs" formulées par L'Hérétique, elles me rappellent certaines remarques d'anciens UDF dans les départements du style "Avant l'arrivée des nouveaux adhérents, on était plus tranquilles..." si c'est avec cet argument que l'on veut diriger un pays, bonjour... On a plutôt l'impression que ces "départs" sont pour s'assurer un "mandat" plus sûr. Vu l'état de la démocratie en France - 85% de cumul des mandats contre 10 à 16 % dans tout le reste de l'Europe - on est mal barrés.

    Je pense au contraire qu'il faut absolument se serrer les coudes et se retrouver autour de valeurs et d'un projet de société conçu dans le débat et dans le respect mutuel.

    Ce qui n'empêche pas à ceux qui ont une cervelle de demander que les promesses qui ont été faites au niveau du fonctionnement du Mouvement soient tout simplement respectées, car rien n'est pire que de promettre quelque chose et de ne pas l'honorer. Même les petits enfants perdent tout respect devant leurs parents dans ce cas...

    Alors, à bas le chantage, et vive le débat les yeux dans les yeux avec un crédit de confiance et non de défiance.

    Le pays souffre assez...

    En tout cas, merci à Christophe de remettre les pendules à l'heure.

    22.Posté par L'hérétique le 02/09/2009 14:36
    @ europium
    bah, ça fera sans doute un nouveau train d'ex-élus qui nous quitteront, c'est tout...

    21.Posté par europium le 02/09/2009 13:38
    Je pense que l'on va rire "jaune" pour les régionales. Les conseillers régionaux théoriquement MODEM viennent tous de l'UDF et veulent à tout prix être candidats pour garder leur job.

    Il serait logique aussi que des "purs" Modem ( nouveaux venus en politique) puissent se positionner en position éligible...

    Mais si c'est comme pour les élections aux conseils généraux, combien de conseillers régionaux vont participer a des listes "d'unions centristes" et UMP "à la con " pour sauver leur tête et être de facto en face de candidat Modem, et rester malgré tout au Modem avec l'aval de la direction du Modem?

    20.Posté par Thierry P. le 02/09/2009 13:23
    @ Europium
    [...il y a un problème car il ne prend que la composition des groupes mais ne prend pas en compte les alliances de second tour de 2004. il y aurait pas mal de chose a dire et en particulier le fait que la majorité des élus UDF se sont alliés avec l'UMP...]
    C'est le propre d'un état des lieux en premier jet. Il ne fournit qu'imparfaitement des indications sur une situation qui est le reflet du scrutin de 2004. Cet état des lieux peut éclairer cependant sur les enjeux du scrutin de mars prochain.

    @ Christophe Calonne
    Merci de cette précision utile :-)

    19.Posté par Danièle Douet le 02/09/2009 13:17
    Tout ce débat est fort intéressant. Je le découvre à l'instant...

    Un grand merci à FrédéricLN, qui comme d'habitude, recadre certains propos et à Thierry P. pour son long travail de recherche et d'information... complété par d'autres sur ce site.

    Enfin, encore un grand merci à Christophe de poser les questions claires qui demandent des réponses claires.

    18.Posté par Thierry P. le 02/09/2009 13:10
    @ Pierre Braun
    Merci d'apporter cette précision :-) Je n'ai fait que compiler des données. Ensuite, c'est évident que seuls les "régionaux" peuvent affiner le panorama.
    L'essentiel, c'est de disposer d'une base préalable à toutes les extrapolations.
    Amitiés d'un Gascon de Rhône-Alpes.

    @ Fotini
    Merci ;-)
    Il serait si simple que chaque force politique communique globalement sur ses élus.

    @ FLN
    Merci ;-)
    Il est exact de rappeler le contexte de l'élection de 2004 et des alliances qui prévalaient alors.
    Mars 2010 permettra de continuer à jauger l'implantation du Modem.
    Pour le sort des sénateurs, c'est encore loin 2011, mais ce sera a priori délicat pour certains d'être réélus. D'où leur prudence toute sénatoriale à ne pas couper définitivement les ponts avec l'actuelle majorité présidentielle.

    17.Posté par Christophe Calonne le 02/09/2009 13:08
    @7. Posté par Thierry P

    17. Haute-Normandie (55 sièges) => 5 conseillers siègeant au Groupe UDF "Vive la Normandie"
    le groupe a été renommé "Groupe Nouveau Centre et Indépendant" et ne compte plus qu'une élue MoDem,


    16.Posté par europium le 02/09/2009 12:57
    MDS parle trop en ce moment et il y aune incohérence dans tout ce qu'elle dit ce qui une fois de plus pose la question de la communication au sein du modem. Nous prépare-t-on a avaler une couleuvre et piper des débats internes qui n'ont pas encore eu lieu, du moins théoriquement
    l'un des thèmes de l'UDF libre puis du Modem était le ni droite, ni gauche, pourquoi refuser tout débat sur une alliance potentielle avec l'UMP sans concertation préalable des adhérents. le modem étant théoriquement un parti ouvert, toutes les hypothèses doivent être envisagées et abordées sans tabous. Le modem, ce n'est pas le PS....

    A lire MDS le modem serait en passe de se positionner a gauche. Est-ce une erreur d'interprétation de ma part ou une incompréhension de son discours?

    En ce qui concerne le travail de thierry P, il y a un problème car il ne prend que la composition des groupes mais ne prend pas en compte les alliances de second tour de 2004. il y aurait pas mal de chose a dire et en particulier le fait que la majorité des élus UDF se sont alliés avec l'UMP.

    15.Posté par Pierre Braun le 02/09/2009 12:45
    @ Thierry P : Pour l'Aquitaine, vous pouvez réduire le Groupe démocrate à 9 et pas 10... et ceux sont 9 modem.

    14.Posté par petit huguette le 02/09/2009 12:41
    Bonjour Christophe,
    Je vs lis depuis un certain temps et voulais simplement vs dire combien j'admire votre perséverence ; je suis convaincue de votre totale sincérité, surtout ne baissez pas les bras

    13.Posté par FrédéricLN le 02/09/2009 11:40
    Bravo à Thierry P. #7 pour ce travail.

    Ce billet m'enthousiasme peu. Dire qu'on peut débattre de tout y compris du fait de participer ou pas à l'élection, certes. Mais il faut choisir : soit on en débat et on met les arguments sur la table ; soit on dit qu'il n'y a pas de débat et on le déplore. Les interro-négations sont un moyen médiocre de faire avancer le débat.

    Il y a en particulier une formulation que je trouve tendancieuse : "Les Conseillers Régionaux élus l'ont bel et bien été avec les voix de l'UMP." Certes, il y avait eu fusion des listes au 2ème tour. Mais qui sait "de" qui sont les voix ? Les électeurs appartiennent-ils à l'UMP ? Ou à l'UDF de l'époque ? Ou à eux-mêmes ? Si les listes UDF étaient restées en lice au 2ème tour, qui peut dire que ces conseillers régionaux n'auraient pas été élus ?

    (Car pour mémoire, dans toutes ces régions, les listes fusionnées au 2ème tour ont perdu, et n'ont donc pas bénéficié de la "prime majoritaire". Et les fusions s'étaient faites dans de très mauvaises conditions, en pratique, en termes de nombre de places sur les listes fusionnées).

    Ce qui est vrai, c'est qu'en 2004 nos listes, arrivées en 3ème position à peu près partout, ont accepté les fusions avec les listes UMP arrivées 2èmes. Et que l'état-major du parti semble peu disposé à repartir dans la même configuration. Et qu'on peut en débattre. Tiens, j'ai moi-même pris position là-dessus, sur mon blog. Et qu'il y aura certainement un vote des instances.

    Au passage, la seule décision qui ait un effet juridique, c'est la nomination de la tête de liste région par région : http://droit-finances.commentcamarche.net/legifrance/17-code-electoral/51939/declarations-de-candidature C'est la tête de liste qui décide s'il y a fusion ou non, avec qui, et qui entérine la composition de la liste fusionnée. Tout autre engagement que la désignation de la tête de liste, n'engage que ceux qui y croiront ;-)

    12.Posté par LCDM le 02/09/2009 11:10
    D'accord sauf sur l'évocation de ne pas tenter : ça ne serait pas dramatique mais suicidaire. Un parti est là pour avoir des élus n'en déplaise aux poujamodémistes ou aux bisounours

    11.Posté par tamino le 02/09/2009 10:19
    Je trouve l'article de Christophe intéressant et, en effet, il serait grand temps de lever certains doutes. Car la stratégie de sous-marin qui consiste au niveau national à se raprocher du PS ou d'Euope Ecologie, tout en maintenant, dans certaines régions, plus que des accointances avec l'UMP, commence à me gonfler passablement.
    Christophe a raison de souligner notamment le fait que l'homme qui semble désormais favori pir conduire la liste en Ile de France, est tellement lié à l'UMP, qu'il va être grand temps de nous dire la vérité. Et le plus tôt sera le mieux.

    10.Posté par Christophe L. le 02/09/2009 10:18
    Ce qui correspond le plus à notre mouvement, c'est les alliance locales, mais celà sème le trouvle dans la tete des électeurs.

    Reste l'alliance nationale:

    Si on fait alliance nationale avec le PS, ce qu'on est en train de faire c'est une UDF de gauche. C'est du calcul électoraliste. Cette tactique peut marcher à court terme (on aura des élus), mais à long terme, ce sera très très difficile de retrouver une indépendance. Sans parler du message qu'on fait passer aux électeurs (on se barre de la droite pour 3 ans d'indépendance pour se fourvoyer dans les bras de la gauche....)

    Par ailleurs, on sacrifie toute l'aile droite de l'électorat du modem (qui représentait 50% des votes de Bayrou en 2007) .

    On ne peut pas non plus revenir à l'UMP après leur avoir dit merde il y a 3 ans.


    La seule alliance viable est à mon avis celle qui pourrait se faire avec Europe Ecologie car ils sont plutôt indépendant.

    Mais la meilleur solution à mon avis est de partir seul, de croire en ses chances car IL Y A UN ELECTORAT CENTRISTE. Le tout est d'avoir un projet cohérent et affirmé et de bien le communiquer aux français (ce qui n'a pas marché lors des précédentes élections).

    9.Posté par Fotini le 02/09/2009 09:57
    @Thierry P.

    Merci beaucoup Thierry !
    Ca permet de voir les choses de manière fort concrète.

    @Christophe

    Y a du boulot pour lever les tabous :-) !

    8.Posté par Thierry P. le 02/09/2009 09:37
    NB : Pour certaines régions (ex Auvergne), je n'ai pas trouvé le détail.

    7.Posté par Thierry P. le 02/09/2009 09:30
    Les "sortants" sont-ils Modem ?
    Pour le déterminer et pour ceux que ça intéresserait, je me suis livré à un rapide tour des 22 régions de France (Métropole) pour dresser un état des lieux. Exercice très imparfait que je livre avec les réserves d'usage. Il ne demanderait qu'à être amendé pour obtenir un état des lieux des sortants qui pourraient repartir sous les couleurs du MoDem. Je me suis servi des données issues de Wikipédia croisées avec les sites institutionnels des conseils régionaux. Entre parenthèses, le nombre total d'élus pour la région considérée. Mentionné par => les conseillers susceptibles d'appartenir au Modem.

    1. Alsace (47 sièges) => 2 conseillers siégeant à l'intergroupe UMP / UDF Centristes d'Alsace / Indépendants

    2. Aquitaine (85 sièges) => 10 conseillers siègeant au sein du groupe Démocrate

    3. Auvergne (47 sièges) => 17 conseillers siègeant au sein du groupe Union pour l'Auvergne (UMP + UDF)

    4. Bourgogne (57 sièges) => 0 ?

    5. Bretagne ( 83 sièges) => 7 conseillers régionaux siègeant au sein du groupe UDF - Mouvement Démocrate

    6. Centre (77 sièges) => 6 conseillers régionaux siègeant au sein du groupe Modem

    7. Champagne-Ardenne (49 sièges) => 4 conseillers siègeant au sein du groupe Modem - Nouveau Centre (!)

    8. Corse (51 sièges) => 9 groupes au total. Pas évident pour s'y retrouver.

    9. Franche-Comté (43 sièges) => 0 ?

    10. Île-de-France (209 sièges) => 17 conseillers siègeant au sein du groupe "Démocrate et centriste"

    11. Languedoc-Roussillon (52 sièges) => ??? Pas évident de s'y retrouver

    12. Limousin (43 sièges) => 2 conseillers siègeant au sein du groupe Modem

    13. Lorraine (73 sièges) => 0 ?

    14. Midi-Pyrénées (91 sièges) => 7 conseillers siègeant au sein du groupe UDF

    15. Nord-Pas-de-Calais (113 sièges) => 6 conseillers siègeant au sein du groupe centriste (Modem - Nouveau Centre)

    16. Basse-Normandie (47 sièges) => 14 conseillers siègeant au Groupe Centre et Droite républicaine (UMP + UDF)

    17. Haute-Normandie (55 sièges) => 5 conseillers siègeant au Groupe UDF "Vive la Normandie"

    18. Pays de la Loire => (93 sièges) => 7 conseillers siègeant au sein du Groupe UDF

    19. Picardie (57 sièges) => 3 conseillers siègeant au sein du groupe UDF

    20. Poitou-Charentes (55 sièges) => 9 élus siègeant au sein du Groupe UMP - UDF

    21. Provence-Alpes-Côte d'Azur (123 sièges) => ??? Pas évident pour s'y retrouver.

    22. Rhône-Alpes (157 sièges) => 8 conseillers siègeant au sein du groupe Modem. A noter que 2 Modem siègent au sein du Groupe du Centre (10 membres dont 2 MD, 3 NC, 3 PRV, et 2 anciens UDF)

    1 2
    Nouveau commentaire :
    Facebook Twitter


    Dans la même rubrique :
    1 2 3

    Actualité en débats | Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique