Christophe Ginisty

Remise du rapport Gallois : autopsie d'une communication désolante


Rédigé le Lundi 5 Novembre 2012



Remise du rapport Gallois : autopsie d'une communication désolante
Ca y est ! Enfin ! Pourrait-on avoir envie de s'écrier. Le sémillant Louis Gallois a enfin remis son rapport sur la compétitivité à Jean-Marc Ayrault.

Sans vouloir entrer dans le débat sur le fond qui n'est plus le propos de ce blog, je voudrais revenir quelques instants sur la séquence que nous venons de vivre sous l'angle de la communication. Quelque chose m'a frappé et je trouve qu'il est intéressant de s'y arrêter quelques secondes.

Les leçons du fiasco "Rapport Attali"

Souvenez-vous, au tout début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, ce dernier avait commandé à Jacques Attali un rapport sur les moyens de retrouver les chemins de la croissance. Avec un aplomb qui le caractérisait, Nicolas Sarkozy avait procédé à l'installation solennelle de la commission Attali en ayant ces mots : "Messieurs, ce que vous nous direz, nous le ferons !"

Croix de bois, croix de fer,...

Du coup, lorsque Jacques Attali avait remis son rapport au Président de la République quelques mois plus tard, transcendé par l'enthousiasme et les promesses de l'hôte de l'Elysée, il avait eu la très mauvaise idée de baptiser les 316 propositions du rapport "décisions", donnant ainsi le sentiment à l'opinion publique que c'était fait, décidé, plié, que le contenu du rapport avait pratiquement force de loi.

Le résultat, on le connaît.

Des corporations tout entières protestèrent vigoureusement pour fustiger ce qu’ils prirent pour un manque de concertation et un passage en force. Parmi elles, les taxis parisiens bloquèrent les accès à la capitale par des opérations escargot mémorables qui firent immédiatement reculer le gouvernement sur le thème : « mais non, ce ne sont pas des décisions, juste des propositions.»

En quelques jours à peine, le rapport Attali était enterré. Sans doute à cause de cette incroyable erreur de communication.

Ce qui s’est passé avec le rapport Gallois est la manifestation la plus flagrante que l’exécutif a tiré les leçons de l’énorme maladresse de ses prédécesseurs. Mais en voulant ne pas froisser l’opinion, il a développé un zèle tout aussi contreproductif.

Point de décision dans le rapport Gallois mais un rétropédalage anticipé et incongru pour ne pas fâcher l’opinion publique sur le thème : « ce que vous nous direz, on ne l’appliquera pas. Ou pas forcément.»

Autant la méthode employée par le duo Sarkozy/Attali était brutale et choquante, autant celle choisie dans la séquence Gallois/Hollande est timorée et, pour le coup, tout aussi choquante.

La communication publique se nourrit de décision et de direction.

Les gens attendent des dirigeants qu’ils fixent un cap et non qu’ils se cachent derrière une prudence excessive qui s’apparente à de l’absence de leadership.

Le leader est celui qui entraîne les autres, qui prend des risques, se positionne aux avant-postes et éclaire le chemin à parcourir. En prévenant que l’on ne prendra peut-être pas les décisions qui s’imposent, le gouvernement commet une erreur grave en termes de communication.

Il envoie un signal qui mêle faiblesse et manque de détermination et affiche un peu trop clairement sa peur de déplaire qui est une attitude de renoncement incompatible avec la combativité que les gens attendent de ceux qui sont élus pour gouverner.

Encore une fois, mon propos n’est pas politique, il est uniquement d’ordre technique et n’envisage la séquence que sous l’angle de la communication. Ce qui vient de se passer ne grandit pas le politique et c'est dommage.

Il faut en tirer toutes les leçons. Il faut communiquer de manière déterminée et responsable, tout en prenant soin de ne pas mépriser les autres.

Les gouvernants ne doivent pas mépriser la rue. Pour autant, ils ne doivent pas avoir peur de gouverner.


               Partager Partager
Notez


Lu 1195 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Ce moment où tu découvres que le FN a un sens de l'humour dont tu ignorais tout. #DupontAignan premier Ministre... La bonne blague...!
Samedi 29 Avril - 14:13
Note digne, déterminée et utile à lire sur le blog d'Alain Juppé : https://t.co/uqpXMC4xw1 Respect ! @alainjuppe
Samedi 29 Avril - 13:15
@jeremybouffier Merci Jeremy
Samedi 29 Avril - 09:20
Pourquoi je vote https://t.co/uxNlRR1U8Q
Samedi 29 Avril - 09:01
Pourquoi je vote: Alors que se multiplient un peu partout sur la toile les leçons de... https://t.co/aZKpiVVCCL https://t.co/bUKu7E0JNu
Samedi 29 Avril - 08:48
RT @MatthiasFekl: Notre police est à l'image de la France. Honte à M. #LePen qui salit l'hommage à #XavierJugelé et le magnifique discours…
Vendredi 28 Avril - 18:15

Recherche