Christophe Ginisty

ReputationTime 2016 : Apprendre de ceux qui font bouger les lignes*


Rédigé le Dimanche 6 Mars 2016



Alors que le projet de réforme du Code du Travail vient d’être mis en pause après qu’une pétition en ligne ait recueilli plus de 800 000 signatures en seulement quelques semaines (désormais à plus d'un millions), et au moment où les observateurs traduisent ce recul comme le signe de la grande fébrilité de l’exécutif face à une mobilisation d’une ampleur inédite tant dans sa nature que dans sa forme, la conférence ReputationTime (anciennement ReputationWar) se tiendra à Paris ce vendredi 11 mars et abordera précisément l’impact de l’Internet dans les transformations sociétales. 

A l’ère du web social, les activistes et les organisations représentatives de la société civile ne sont pas seulement devenus bavards, ils ont appris à se structurer et à s’organiser et disposent désormais d’un véritable pouvoir d’influence capable de porter des transformations profondes.

Nous sommes loin des clichés du milieu des années 2000 qui présentaient les blogueurs et autres utilisateurs des réseaux sociaux comme des adolescents attardés en mal de reconnaissance et dotés d’un ego sur-dimensionné. En une dizaine d’années, et sans que personne ne le décide vraiment, les foules connectées sont devenues des médias à part entière dotés de leurs propres dynamiques et capables d’inspirer des mobilisations spectaculaires en un temps record. 

En quoi cela change-t-il la manière des organisations de communiquer et de dialoguer avec leurs publics ? Gouvernants, entreprises, marques, comment appréhender la portée de ces bouleversements pour développer des logiques de coopération avec les parties prenantes ? Comment s’inspirer des stratégies de communication de ces disrupteurs pour devenir, à son tour, agent de transformation ? 

L’enjeu de la communication agile à l’ère numérique est précisément ici.

L’élévation du volume des conversations, la multiplication des médias, la prolifération des commentaires, bref, toutes les composantes à l’origine de ce que l’on appelle l’infobésité ont rendu le travail des communicants d’une infinie complexité. La parole des gouvernants s’est perdue dans un océan de défiance, à l’instar de celle des dirigeants d’entreprises. Sur les réseaux, les marques sont tellement nombreuses à vouloir attirer l’attention qu’elles sont devenues inaudibles et incapables pour la plupart de mobiliser durablement au-delà de quelques buzz furtifs. Le public, lui, s’est progressivement détourné des canaux d’influence traditionnels pour se réfugier sur ces réseaux au sein desquels les émotions ont pris le pas sur l’information.  

Pourtant, certains réussissent à capter l’attention et à rassembler. Ils sont Zadistes, citoyens engagés, entrepreneurs, mères de famille, bonnets rouges, consommateurs, artistes,... ils parviennent à arrêter quelques instants le temps médiatique pour s’imposer comme une évidence. Surfant sur la puissance virale des réseaux après en avoir instinctivement perçu les ressorts, ils créent l’agenda et font avancer la société, provocant des prises de conscience et des changements que gouvernants et entreprises n’ont pas su inspirer malgré leurs moyens, leur organisation et leur argent. 

Le documentaire Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent récemment récompensé par un César est une illustration, tant sur ce qu'il dit que dans la manière avec laquelle son succès s'est propagé, de cette mécanique vertueuse où règnent l’agilité, la créativité et la détermination à produire un changement à  partir d’initiatives isolées. Il met en scène ces « transformers » qui sont les héros de ReputationTime

L’enjeu de ReputationTime est d’offrir des clés de compréhension aux professionnels du marketing et de la communication sur le pouvoir disruptif de celles et ceux qui utilisent les réseaux pour faire avancer les causes qui leur sont chères.

Car l’analyse de cette capacité à mobiliser est une opportunité formidable de comprendre comment avoir soi-même un impact à l’ère ô combien déstabilisante du web social.  

* Tribune parue dans Stratégies du 04/03/2016

               Partager Partager
Notez


Lu 1432 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

ReputationWar



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Très bon papier de @MBecquembois sur les approximations de #VanessaBurggraf dans #ONPC à l'encontre de @najatvb https://t.co/epS7yCazaX
Lundi 22 Mai - 17:45
RT @AndreeaHirica: On the #PostTruth Era: "Fake news is not new, the power of the medium is" https://t.co/MORwbDewYP by @cginisty #Reputat…
Lundi 22 Mai - 17:01
@marcelsel C'est la mère Michel comme dans la chanson?
Lundi 22 Mai - 14:26
@Efkouts Have a great day!
Lundi 22 Mai - 12:57
RT @P_T_MM: "Sharing & curation obsessions are the problem. '#FakeNews' is NOT" @cginisty on #digital newsgathering #EBS2017 https://t.co/u…
Lundi 22 Mai - 12:37
Another pic of my presentation at #EBS2017 about #FakeNews and media challenges https://t.co/sfGojzpCQY
Lundi 22 Mai - 12:22

Recherche