ReputationWar : c'est quoi ces "foules sentimentales ?"


Rédigé le Samedi 2 Novembre 2013


ReputationWar : c'est quoi ces "foules sentimentales ?"
C'est le thème de la prochaine édition de la conférence ReputationWar que j'organise en partenariat avec Syntec RP et l'International Public Relations Association (IPRA) et je pense qu'il est utile de vous expliquer pourquoi je l'ai choisi et ce que vous pouvez en attendre si vous décidez de venir à cet événement qui lancera l'année 2014. 

Tout d'abord, la notion de foule est ce qui me parait le mieux représenter l'émergence puis la généralisation des médias sociaux. Les marques, les organisations, les personnes ont progressivement été transportés d'un monde où les intermédiaires — peu nombreux — étaient dominants à un monde où elles ont pu être directement au contact de la foule, sans avoir nécessairement besoin de ces intermédiaires. 

C'est un changement de paradigme comme disent les consultants érudits et, pour parler plus simplement, cela a tout changé dans la manière avec laquelle on fait de la communication relationnelle.

Lorsque j'ai débuté dans ce métier, mes clients ne connaissaient pas ou peu leur public. Ils les imaginaient d'après les études marketing qu'ils commandaient à prix d'or à des instituts spécialisés mais c'est tout. Aujourd'hui, ils ont non seulement la possibilité de le connaître mais de parler et d'échanger chaque jour avec les membres qui le constituent.

Ensuite, dans le choix du thème, il y a l'emploi du pluriel pour désigner non pas une foule mais des foules. En quoi ce détail a-t-il de l'importance ? 

Tout simplement parce que la notion d'opinion publique qui formerait une sorte de bloc compact et cohérent n'a pratiquement aucun sens. Il n'y a pas une opinion publique mais des opinions publiques innombrables qui interagissent avec les marques, les entreprises et les personnalités en fonction de leurs centres d'intérêt.

Internet et les médias sociaux ont permis aux cibles de se segmenter et de se retrouver entre elles sur des espaces spécifiques.

Lorsque l'on fait de la communication d'influence aujourd'hui, il faut aller chercher son public là où il se trouve et accepter l'idée qu'il ne sera pas nécessairement assis dans son fauteuil devant le 20 heures de TF1 mais dans des espaces spécialisés quasi communautaires qui vont dessiner les frontières de ces foules captives.

Enfin, si j'ai voulu qualifier ces foules de "sentimentales", ce n'est pas uniquement pour faire un clin d'oeil à la super chanson d'Alain Souchon (qui est d'ailleurs d'une actualité stupéfiante) mais pour mettre l'accent sur le fait que les publics réagissent de plus en plus en plus au gré d'émotions qui prennent le dessus sur les informations qu'ils reçoivent.

Nous sommes dans une époque où des consommateurs vont acheter un produit non pas uniquement en raison de ses qualités intrinsèques mais parce qu'ils sont attirés par les correspondances émotionnelles qu'il va provoquer en eux.

De la même manière, nous sommes de plus en plus nombreux à rejeter un produit parce que la société qui le commercialise ne répond pas aux valeurs que nous chérissons, et même si ce produit est excellent.

Je pourrais personnellement vous citer plein de marques que j'ai décidé de boycotter pour des raisons qui n'ont rien à voir avec les produits ou les services qu'elles proposent. Parmi elles, vous trouverez Starbucks pour la manière indigne avec laquelle l'enseigne a organisé son insolvabilité fiscale sur le sol français. Leur café est excellent (et leur madeleines...!!!) mais vous ne ferez pas entrer dans un Starbucks café tant que la situation n'aura pas évolué. 

Voilà donc ce que sont pour moi les "foules sentimentales" et pourquoi j'ai décidé de choisir ce thème pour la prochaine édition de ReputationWar. 

Lorsque l'on s'intéresse à la gestion de la réputation d'une marque, d'une organisation (entreprise, association, ONG, institution,...) ou d'une personne, on doit s'intéresser aux sentiments que des foules expriment. Car ce sont ces sentiments qui vont être les inspirateurs, les guides et les baromètres des campagnes menées. Ce sont également ces sentiments qui vont conditionner l'ampleur des crises lorsque celles-ci surviendront. 

Le 17 janvier prochain, ReputationWar proposera une formidable plongée au coeur de ce sujet. 

A suivre... 

Edit : Allez, parce que vous me l'avez demandé par e-mail, les paroles de la chanson d'Alain Souchon. Enjoy! 

Oh la la la vie en rose
Le rose qu'on nous propose
D'avoir les quantités d'choses
Qui donnent envie d'autre chose
Aïe, on nous fait croire
Que le bonheur c'est d'avoir
De l'avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires car

Foule sentimentale
On a soif d'idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

Il se dégage
De ces cartons d'emballage
Des gens lavés, hors d'usage
Et tristes et sans aucun avantage
On nous inflige
Des désirs qui nous affligent
On nous prend faut pas déconner dès qu'on est né
Pour des cons alors qu'on est

Des Foules sentimentales
Avec soif d'idéal
Attirées par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle

On nous Claudia Schieffer
On nous Paul-Loup Sulitzer
Oh le mal qu'on peut nous faire
Et qui ravagea la moukère
Du ciel dévale
Un désir qui nous emballe
Pour demain nos enfants pâles
Un mieux, un rêve, un cheval

Foule sentimentale
On a soif d'idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
Comme on nous parle...


               Partager Partager

Christophe Ginisty
Notez

Commentaires articles

1.Posté par gab master case le 12/11/2013 09:28
Article très pertinent,le caractère"sentimentale et conviction" compte maintenant dans le choix de tel ou tel produit ou service.

Boulot | Web 2.0 | Analyse | Coups de com | Nouveautés | Chiffres clés | ReputationWar | Communication de crise