Christophe Ginisty

SOS Racisme et les discothèques : chronique de ma rencontre avec une star planétaire


Rédigé le Dimanche 16 Mars 2014



Ce soir, en lisant la presse online comme je le fais souvent le dimanche soir, j'ai eu envie de réagir à une info trouvée sur le site Internet du Figaro qui évoque une plainte imminente de l'association SOS Racisme contre des discothèques :  

"Lors de cette opération, menée dans la nuit de samedi à dimanche, l'association a testé 25 discothèques à Besançon, Bordeaux, Metz, Nice, Paris et Reims et constaté que cinq d'entre elles "ont présenté des pratiques discriminatoires sur des bases ethniques à leur entrée". "Trois à Paris, une à Nice et une à Besançon ont refusé des personnes de couleur puis, quelques minutes plus tard, accepté des personnes blanches sans qu'aucun autre motif ne puisse justifier cette différence de traitement", explique l'association.  

"Cette nuit du testing montre que les pratiques discriminatoires, constituant un grave délit, à l'entrée des boîtes de nuit sont encore trop présentes sur notre territoire. Ainsi, encore et toujours en 2014, il vaut mieux être blanc pour être sûr de passer une soirée entre amis", déplore SOS Racisme."


En lisant cet article, je me suis replongé dans mes années étudiantes où je fréquentais assidument les boites parisiennes et où j'essayais régulièrement de pénétrer le temple parisien du night clubing et des top models internationales, les Bains Douches. Bien blanc, bien pâle, les cheveux bien lisses (bien oui, j'en avais à l'époque), bien propre et bien déterminé, je me présentais régulièrement devant cette boite avec mon plus beau sourire de gendre idéal pour espérer que la physionomiste des lieux, une blondasse informe du nom de Marilyne, décide positivement de mon destin nocturne et daigne m'accepter parmi les clients de la soirée. 

Car cette femme me terrorisait et je pense qu'elle m'a traumatisé autant qu'elle a humilié des milliers de jeunes types comme moi, tous candidats au clubbing le plus glamour de la capitale. Elle "gérait" la porte de cette boite mythique et décidait d'un simple regard qui devait entrer ou qui devait rentrer chez lui. Elle vous regardait avec l'humanité d'un bulot et vous toisait sans vous expliquer pourquoi vous étiez "in" ou "out". Elle disposait d'un pouvoir considérable, arbitraire et abusif, le droit de vie ou de mort sur votre soirée sans que vous ne puissiez comprendre les raisons pour lesquelles elle vous jetait. Elle se contentait de passer au "candidat suivant." Vous n'aviez pas accès à son logiciel. 

Elle me refusa l'entrée des dizaines de fois, autant qu'elle m'accepta. Puis un jour, un miracle se produisit. 
 
Ce soir là, je m'étais fait tout beau et m'étais résolu à aller passer la soirée aux Bains. En parcourant les kilomètres qui me séparaient de l'établissement, je priais Sainte Rita pour que Marilyne daigne m'accueillir et me faire entrer dans la boite. Je m'approchai et parcourus les derniers mètres qui me séparaient de l'établissement avec une fébrilité coutumière. Etonnamment, il n'y avait presque personne devant la boite, pas l'attroupement habituel des candidats éconduits à la fête. Je sonnai à la porte, m'attendant à ce que la prêtresse des lieux ouvre la porte et me fasse connaître son verdict implacable mais ce ne fut pas son visage qui m'apparut à l'ouverture mais celle, enjouée, hilare et magnifique de Jack Nicholson. 

Ce sublime acteur avait dîné au restaurant de la boite puis s'était improvisé physionomiste pour la soirée. Il avait squatté le poste de Marilyne en décidant d'accueillir lui-même les candidats à la fête.

Je m'en souviens comme si c'était hier. Il ouvrit la porte, contempla ma stupéfaction puis hurla, souriant et délicieux : "Hey, what's your name?"

— "... Christophe..." (transposez les points de suspension en silence confus et totalement idiot d'un fan béat et stupéfait)

— Welcome Christophe! Have a great evening!

Et il me fit rentrer. 

Je pense que je n'ai jamais passé un soirée aussi pourrie ou plutôt stérile aux Bains du point de vue de ma petite entreprise de séduction. J'étais entré mais LA boite mais ses top models et ses starlettes de la nuit ne m'intéressaient plus. Je n'avais plus la moindre envie de faire des rencontres mais un seul rêve : espérer papoter à nouveau avec Jack Nicholson. 

Je suis remonté au niveau de l'accueil et ai passé près d'une heure à regarder "l'animal" ouvrir la porte aux parisiens stupéfaits. Je l'ai observé et me suis passionné pour ce spectacle surréaliste. Ce fut une soirée exceptionnelle et inoubliable. J'étais aux premières loges et assistais à l'un des plus grands numéros d'acteur qu'il m'avait été donné de voir. C'était ahurissant et tellement enthousiaste que ce fut mon dernier passage dans cette boite. 

Je ne suis plus jamais retourné aux Bains. Cette soirée "avec" jack Nicholson m'avait convaincu de la futilité de certaines choses et du ridicule d'une autorité abusive qui vous toise sans la moindre empathie et vous exclue avec une violence arbitraire inouïe. Marilyn s'était désintégrée dans ma tête et je suis resté sur cette belle image d'un acteur mythique qui accueillit tous ceux qui frappaient à la porte avec un enthousiasme aussi débridé que bienveillant. 

Alors, quand j'ai lu la news du Figaro, je me suis rappelé que l'accueil que l'on reçoit quand on veut rentrer en boite était important. C'est un marqueur social fondateur de l'intégration. Dommage que Marilyne ne l'ai jamais compris, heureusement que Jack Nichoslon l'a favorisé avec une telle magie. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 2758 fois

Commentaires articles

1.Posté par Denis le 17/03/2014 08:26
Maryline nous a tous traumatisé, heureusement qu'il y avait aussi Richard.
Belle époque.

2.Posté par gabrielle le 20/03/2014 09:45
Ce phénomène ne date pas d'aujourd'hui et persistera encore très longtemps,car je me rend compte que inversément à ce que je pensais les nouvelles générations tendent vers un racisme hallucinant.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47
Question existentielle : peut-on commenter la politique en restant courtois et aimable ? https://t.co/CAKO9yYASD
Lundi 5 Décembre - 07:22
Au lieu de de focaliser sur la défaite d'un populiste, pourrait-on parler de la victoire heureuse de l'écologie en Autriche ?
Dimanche 4 Décembre - 22:51
Wow!!!! https://t.co/7I94TIfJR0
Dimanche 4 Décembre - 22:47
Peut-on commenter la politique en restant aimable ?: Cette note m'a été inspirée par une... https://t.co/CAKO9yYASD https://t.co/mKqbr1s3Ya
Dimanche 4 Décembre - 21:56
Ségolène Royal couvre Fidel Castro de louanges. Remarquez, elle avait bien vu en François Hollande l'homme idéal #okjesors #désolé
Dimanche 4 Décembre - 20:14

Recherche