Christophe Ginisty

Sommes-nous en train de devenir complètement abrutis ?


Rédigé le Mercredi 1 Juin 2016



C’est un petit papier que j’ai vu passer cette semaine et qui a rallumé en moi une crainte dont j’ai déjà parlé à de nombreuses reprises.

Dans un entretien accordé à la presse, le Ministre allemand de l’intérieur, Thomas de Maizière (photo ci-contre), a déclaré à propos des réactions de certains de ses compatriotes face à la crise des migrants « je crains un abrutissement partiel de la société.»

Au-delà du côté « couillu » pour un homme politique de faire ce type de déclaration sans langue de bois – là où la plupart de ses confrères érigent la critique frontale de la société en tabou absolu pour des raisons électorales assez évidentes – cette affirmation met en lumière un problème qui va se poser et même représenter le défi principal de l’action publique dans les prochaines années.

Oui, les gens, nous tous, sommes en train de devenir complètement abrutis sous un flot ingérable d’informations et d’émotions qui nous submergent et engloutissent notre libre arbitre et c’est l’une des conséquences les plus perverses du développement planétaire des réseaux sociaux.

J’en avais pris conscience en 2013 avec la lecture de La Démocratie de crédules de Gérald Bronner, le web qui nous parait pourtant si pratique pour s’informer en temps réel, décoder un fait d’actualité et, le croyons-nous, vérifier nos sources, est en réalité une gigantesque machine à nous servir des bribes de news en mode fast-food, à remplacer les journalistes par des reporters du dimanche, à transformer les derniers journalistes en activité en twittos fébriles, a karchériser l’Information avec un grand I pour la remplacer par un magma d’émotions.

Nous devenons fainéants en matière d’information là où nous devrions redoubler de vigilance face à l’abondance.

Nous n’en sommes pas conscients et je suis même certain que vous qui me lisez, vous vous dites que ça ne vous concerne pas, que vous êtes au-dessus de tout ça et que vous, contrairement aux autres, vous vous informez correctement auprès de sources fiables.

Vous le croyez, c’est ça le problème.

En réalité, il y a de grandes chances que ce soit faux et je pourrais vous le prouver en vous citant des news auxquelles vous avez crues et qui étaient complètement fausses, comme cette histoire du Starbucks en Arabie Saoudite interdit aux femmes, annoncé un jour de la manière la plus péremptoire qui soit mais démenti quelques jours plus tard dans l’indifférence générale. Le mal est fait, tout le monde croit encore que ça a existé. Pas vous ? 

Ne vous offusquez pas de ma remarque. Prenez plutôt cela pour une invitation à une salutaire prise de conscience pour revoir la manière avec laquelle nous consommons l’info.

Tout comme nous devons faire attention à ce qu’il y a dans nos assiettes si nous ne voulons pas détruire la planète, nous intoxiquer, devenir obèses et accepter que nos artères s’obstruent, nous devons avec la même urgence veiller à la qualité de la nourriture intellectuelle que nous ingurgitons.

N’importe quel crétin peut aujourd’hui balancer une rumeur sur la toile, des milliers de « followers » sont prêts à la croire et, pire, la transmettre à nouveau à leurs propres followers, comme cette histoire un peu grotesque de la deuxième mort de Donna Summer en 2016 (alors que la chanteuse nous a quittés en 2012).

Ne vous méprenez pas. J’aime le web, j’adore ce qu’Internet a apporté aux hommes et je pense tout un tas de choses enthousiastes et réjouissantes quand j’évoque l’impact transformatif des réseaux sociaux sur nos sociétés mais toute bonne chose a son revers. Le danger de succomber à l’abrutissement de la désinformation, ou de la mauvaise information, ou encore de l’absence d’information, le risque de perdre complètement notre discernement à trop réagir émotionnellement et instinctivement sont bien réels, croyez-moi.

C’est un problème de taille pour nos démocraties. Moins les gens s’informent et plus ils sont vulnérables vis-à-vis de la propagande et des manipulations de toutes sortes. Sans chercher à savoir, ils peuvent boire les paroles de tel ou tel populiste qui leur promet la lune sans le moindre fondement. Peu importe que ce soit possible ou pas, réaliste ou non, l’essentiel est que les gens le croient l’espace d’une campagne. Et Donald Trump peut prétendre à la Maison Blanche au sommet du mur qu'il ne construira pas à la frontière mexicaine. 
 
Alors oui, le ministre allemand de l'intérieur a raison de se poser cette question à la lueur des réactions d'une partie de la population face à la crise des réfugiés. Les gens sont-ils vraiment en pleine possession de leurs moyens intellectuels lorsqu'ils réagissent comme ils le font ? Sont-ils correctement informés ou ont-ils déjà cédé à leurs peurs instinctives ? Et comment peuvent évoluer des sociétés qui n'accordent plus autant d'importance à l'impérieuse nécessité de nourrir un raisonnement éclairé ? Je n'en sais rien. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 35315 fois

Commentaires articles

1.Posté par barme le 04/06/2016 12:13
OK !! pour l'impérieuse nécessité de vérifier les infos qu'on absorbe et qu'on diffuse sur les réseaux......Mais quelle jubilation de prendre" l'info buissonnière", loin des mensonges, omissions, ou manipulations journalistiques, tous ( sauf rares exceptions) servant les intérêts de leurs maîtres (payeurs) .
Quant au rejet des allemands face à l'invasion migratoire, comment OSER les en blâmer? : faut-il rappeler les exactions commises le 31 décembre 2015 à Cologne ? qui sont loin d'être un cas unique??? J'ai peine à croire que l'Europe ( incapable de nourrir correctement ses pauvres) et les USA n'aient pas pu faire pression pour que tous ces migrants soient accueillis par des états plus proches des zones de conflits comme le Quatar, Arabie Saoudite, etc...Que cherche le Nouvel Ordre Mondial ? Le chaos généralisé ?qui justifierait, encore et toujours, une SOUMISSION et une PRECARISATION croissantes des populations

2.Posté par Jean-marc le 04/06/2016 12:28
Merci pour ce petit papier.Tous les jours, on entend, on lit des tombereaux d'âneries..pourquoi les gens préfèrent donner du crédit à des sottises -restons courtois- est un mystère profond.

3.Posté par Hugues Crepin le 04/06/2016 14:42
Petit problème, beaucoup d'informations sont invérifiables et nos connaissances générales permettent certes de déjà trier pas mal mais il y a des limites à tout comme quand on parle d'OGM ou du glycophosphate, beaucoup d'éléments ne sont plus à la portée que de chimistes et de biologistes.

Par contre, parfois, des choses correspondent à notre vécu, expérience, connaissances, ... Bien entendu, il faut encore relativiser, nul ne sait tout et nous ne voyons jamais qu'une facette mais ironiquement on nous discrédite pour ... parti pris ... Curieuse époque avec ses gourous girouettes et finalement à se demander si la nature humaine n'aime pas les escrocs et les bandits. J'ai l'impression que la majorité des gens aiment plus croire que penser (c'est moins fatigant aussi).

Sinon, à titre d'exemple, je t'ai mis comme site web un article que j'ai commis sur la crise des réfugiés, certains le trouve raciste, d'autre exagéré, certains autres bobos, ...
https://hcrepin.wordpress.com/2015/09/11/an-2015-migration-en-2-0-linvasion-naura-pas-encore-lieu/

J'ai l'impression qu'en définitive un bon article est surtout quand il génère beaucoup de réactions différentes ou alors c'est totalement de la merde évidemment.
Bon, par contre, le titre un peu provocateur et un peu trop intellectuel, ce n'était peut-être pas une bonne idée, il décrit bien le contenu mais trop le prennent au premier degré.

C'est ma petite pierre à éviter de devenir abrutis dans un sens ou dans un autre et d'essayer de pousser à être humains mais aussi rationnels et raisonnables.

4.Posté par Hugues Crepin le 04/06/2016 14:43
Petit problème, beaucoup d'informations sont invérifiables et nos connaissances générales permettent certes de déjà trier pas mal mais il y a des limites à tout comme quand on parle d'OGM ou du glycophosphate, beaucoup d'éléments ne sont plus à la portée que de chimistes et de biologistes.

Par contre, parfois, des choses correspondent à notre vécu, expérience, connaissances, ... Bien entendu, il faut encore relativiser, nul ne sait tout et nous ne voyons jamais qu'une facette mais ironiquement on nous discrédite pour ... parti pris ... Curieuse époque avec ses gourous girouettes et finalement à se demander si la nature humaine n'aime pas les escrocs et les bandits. J'ai l'impression que la majorité des gens aiment plus croire que penser (c'est moins fatigant aussi).

Sinon, à titre d'exemple, je t'ai mis comme site web un article que j'ai commis sur la crise des réfugiés, certains le trouve raciste, d'autre exagéré, certains autres bobos, ...
https://hcrepin.wordpress.com/2015/09/11/an-2015-migration-en-2-0-linvasion-naura-pas-encore-lieu/

J'ai l'impression qu'en définitive un bon article est surtout quand il génère beaucoup de réactions différentes ou alors c'est totalement de la merde évidemment.
Bon, par contre, le titre un peu provocateur et un peu trop intellectuel, ce n'était peut-être pas une bonne idée, il décrit bien le contenu mais trop le prennent au premier degré.

C'est ma petite pierre à éviter de devenir abrutis dans un sens ou dans un autre et d'essayer de pousser à être humains mais aussi rationnels et raisonnables.

(remarque, ton site est compliqué à laisser des commentaires)

5.Posté par blaquie le 05/06/2016 20:13
En train de devenir abrutie

6.Posté par Herve le 09/06/2016 14:58
C'est qui est très "drôle", c'est que c'est toujours dans le même sens qu'on s'indigne de la bêtise et de la puérilité des réactions "populaires" : quand elle ne vont pas dans le "sens de l'histoire" que nos élites nous imposent comme étant inéluctable, incontournable et indispensable... : ultra-libéralisme, déstructuration des sociétés et des cultures, maxi-ouverture des marchés, immigration de masse, renversement des repères moraux et familiaux, corruption de l'art par l'absurde, négation de la nature... tout ce qu'il faut pour générer une belle société de petits consommateurs sans repères et sans esprit critique, qui ne cherchent plus qu'à se distraire derrière leur iPad en commandant sur Amazon. Toutes ces belles idées, il est devenu simplement interdit de ne serait-ce qu'émettre un doute sur leur bien-fondé. Personne, parmi ces bien-pensant, ne se penche réellement sur les problématiques fondamentales générées par ces idéologies, car il s'agit bien de cela : des idéologies au service du consumérisme mondiale, qu'aujourd'hui personne ne conteste si ce n'est ceux qu'on traitre justement d'abrutis, incultes, analphabètes, craintifs, dépressifs, voire démagogues, populistes ou carrément fascistes, racistes et XXXphobes (XXX car on n'en finit plus de lister tout ce dont il est interdit de s'indigner, belle démocratie). Et si tous ces abrutis n'étaient pas justement ceux qui se posent des questions et refusent de gober l'information qu'on leur injecte ? Pour se débarrasser de son chien, il suffit de dire qu'il a la rage...

7.Posté par donies le 14/06/2016 12:51
N'y a-t-il pas autant de mensonges, d'approximations, de nouvelles non vérifiées, de volonté de faire le buzz etc. dans le chef des journalistes "professionnels" ? Avec cette différence perverse que l'on serait plus enclins à les croire, à avaler leurs salades partisanes ou mal informées parfois même pas informées du tout ou encore des salades "préparées" par différents lobbies.
Il y a manifestement et inexorablement une régression de la compétence dans la plupart des secteurs de la société (donc aussi dans les métiers de l'information) et ce pour des tas de raisons (accessions à des postes par copinage ou appartenance politique, réductions des moyens financiers, diminution du niveau d'exigence - les incompétents déjà en poste n'ont pas la compétence pour engager des compétents et cela nous fait des bataillons
d'incompétents etc...)
Avec internet, la plupart des gens savent qu'il y a de l'intox et j'aime croire qu'il font plus attention à ce qu'il lisent là que dans leurs journaux ou dans ce qu'ils écoutent à la radio et la tv.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche