Christophe Ginisty

Troisième épisode de ma rétrospective 2010 : l'année des mains sales


Rédigé le Mardi 28 Décembre 2010



Troisième épisode de ma rétrospective 2010 : l'année des mains sales
Ce n'est certes pas nouveau, mais l'année 2010 a été le théâtre de l'explosion des affaires sur la place publique. Et c'est tant mieux car depuis le temps que la politique était salie par des soupçons plus ou moins fondés de corruption, 2010 nous aura au moins donné l'opportunité d'en débattre.

En premier lieu, on pense au feuilleton de l'été, l'affaire Woerth - Bettencourt où un ministre de la République ne comprend même pas le problème qu'il peut y avoir entre un homme, ministre du budget et son épouse qui fait de la défiscalisation pour l'une des plus grandes fortunes de France. Un homme qui cumule ses fonctions de ministre avec celles de trésorier du parti présidentiel, qui crée un micro-parti chez lui, dans l'Oise, pour s'assurer des dons de riches supporters qu'il reversera au parti qui le nourrit. Un homme d'apparence tellement sincère qu'on en vient parfois à penser que sa normalité à lui, eh bien c'est celle de la collusion permanente.

Mais Woerth est loin d'avoir animé en solo cette année plus que troublante du point de vue des conflits d'intérêt. Deux membres du gouvernement, Christian Blanc et Alain Joyandet se sont faits prendre en flagrant délit d'abus de bien public, notion qui n'existe pas mais qui a le mérite d'illustrer assez bien le propos. Là encore, l'exécutif a montré par sa lenteur à réagir, qu'il ne trouvait presque rien à redire à ces hommes qui se servaient pourtant dans les caisses de l'état pour s'accorder quelques plaisirs aussi personnels qu'indécents.

Et puis il y a eu aussi le retour sur le devant de la scène d'Edouard Balladur que l'on croyait à tout jamais installé au Panthéon des candidats malheureux à l'élection présidentielle et dont le nom fut cité dans la dramatique affaire de l'attentat de Karachi ou une dizaine de nos ressortissants sont morts dans un attentat terroriste. On y découvre alors que l'ancien premier ministre aurait reçu des millions de francs en liquide pour financer sa campagne, sans en connaître la provenance exacte. Là encore, on nous propose d'aller voir ailleurs ce qui s'y passe. Si maintenant, il faut s'inquiéter pour chaque million qui arrive en petites coupures, où va-t-on, mon bon ami ?

Oui car le fond du problème est bien là. Nos dirigeants et nos élus semblent à chaque fois ne pas comprendre pourquoi on leur cherche des poux dans la tête. Ils ont un aplomb formidable en affirmant qu'ils ne voient pas où est le problème, que tout le monde fait la même chose et ce, depuis toujours.

C'est sans doute ça : le système politique en France se nourrit de ces petits arrangements au point d'en avoir fait la norme.

Les années d'un député comptent double pour le calcul des droits à la retraites ? Ils ne voient pas, en plein débat sur la réforme des retraites, pourquoi on devrait y mettre un terme. Ils ne voient pas alors qu'un gamin de 10 ans percevrait l'indécence de la situation en quelques secondes.

Tout récemment encore, les députés ont bataillé pour éviter que la dissimulation volontaire d'éléments de patrimoine ne soit assortie d'une peine de prison, se mettant encore une fois à l'abri de la loi ordinaire, celle qui touche les simples citoyens.

2010 nous a offert un spectacle pitoyable en France !

Les élus et les membres du gouvernement doivent retrouver la voie de la probité et de l'exemplarité. Il n'est pas digne d'une démocratie moderne — ou d'une démocratie tout court — d'assister à ces comportements. Il faut que les citoyens se montrent plus exigeants vis à vis de leurs édiles et il est urgent d'aménager la loi dans une logique qui ferait peser sur les élus bien plus d'obligations que sur les citoyens ordinaires car ils ne font pas un job comme les autres et tiennent leur légitimité des peuples qui les élisent.

               Partager Partager
Notez


Lu 1895 fois

Commentaires articles

1.Posté par bernie le 28/12/2010 16:09
Je suis tellement d'accord avec toi sur ces écarts, délits, mensonges, triches et privilèges (que je croyais abolis... non je déconne)

solution : te faire élire député et proposer à chaque séance un privilège à abolir avec relai dans la presse quotidiennement (pour le seul pouvoir qui fasse réagir : le pouvoir de nuisance) et bouquin à écrire derrière

En attendant ton élection, pourquoi pas un privilège dénoncé chaque jour sur internet? ça ferait du buzz non?

Passe de bonnes fêtes et à l'année prochaine

2.Posté par Christophe Ginisty le 28/12/2010 17:34
Merci à toi, mon ami.

C'est un peu dans cet esprit que vais lancer Poléthique, mais tu le sais déjà.

Et j'espère qu'on se verra plus en 2011 qu'on ne s'est vus en 2010.

3.Posté par FrédéricLN le 02/01/2011 22:04
"il est urgent d'aménager la loi dans une logique qui ferait peser sur les élus bien plus d'obligations que sur les citoyens ordinaires" -> oui, et aussi dans une logique qui les protégerait de pressions qui les éloignent de leur mission !

Par exemple, la transparence dans l'attribution des logements sociaux, serait non seulement un progrès énorme vers la solidarité et la démocratie, mais aussi un allègement considérable des pressions qui conduisent certains élus à se représenter le citoyen comme un… demandeur de HLM avant tout.

Pour que cela avance, espérons que les militants associatifs et politiques qui constamment agissent pour la transparence et l'assainissement de la vie publique, se soutiennent enfin les uns les autres ! Pour créer le cercle vertueux qui débouchera sur l'élection d'un Président dont l'honnêteté soit vérifiée, et d'une Assemblée acquise à l'idée de légiférer dans le sens que nous demandons là.

Sans cette coalition, l'action de non-élus peut certes parfois réussir, comme l'a montré Christophe Grébert dans l'affaire de Jean Sarkozy et de l'EPAD. Mais ce ne sont généralement que des petits succès sur tel ou tel point de la ligne, selon les projecteurs de l'actualité, pendant que le coeur du système continue à marcher au copinage et à la confusion d'intérêts. Pour le changement, la prochaine opportunité est le printemps 2012, et la suivante… 2017.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
@inesevoika you've got mail ;-) thanks for your spontaneous cooperation
Samedi 3 Décembre - 13:10
@inesevoika sure, that would be great
Samedi 3 Décembre - 12:51
I do remember 3 years ago when I spoke at #PRilika2016 - it remains a great souvenir
Samedi 3 Décembre - 10:57
Looking for a speaker who could elaborate on the importance of social networks for women in the Arab world as an emancipation tool
Samedi 3 Décembre - 10:55
RT @jjdeleeuw: Grand moment. Les expertes à 12h30 sur @BX1Officiel : @celinefremault @Assita_Kanko @SylvieLausberg @Bea_Ercolini @zariauror…
Samedi 3 Décembre - 09:03
RT @ldcRTBF: #Molenbeek Un nouveau panneau au style hollywoodien à l’entrée de la commune @FredericNicolay #InitiativeBruxelloise #UCLWebCo…
Samedi 3 Décembre - 08:53

Recherche