Christophe Ginisty

Valérie Trierweiler : la dernière Dame de France


Rédigé le Mercredi 3 Septembre 2014



Certains vont me dire que c'est le livre d'une femme blessée et que c'est bien fait pour le type qui l'a trompée. D'autres encore vont esquisser une analyse politique en mélangeant leur aversion pour l'actuel hôte de l'Elysée avec la soudaine jubilation de le voir rabaisser plus bas que terre. Moi je dis que ce brûlot dont Paris Match — employeur de l'auteur, il est utile de le rappeler — se fait l'écho ce matin me donne franchement la nausée.

C'est un acte de communication que je trouve minable, reflet d'un exhibitionnisme franchement indécent et illustration d'un narcissisme phénoménal. 

Mais, bon sang, n'a-t-on rien de mieux à faire, quand on est une personnalité publique avec un peu d'aura, que de balancer les coulisses d'une relation pour assouvir une vengeance personnelle, insulter la notion même d'intimité, ce dernier rempart de la communication derrière lequel nul ne devrait pouvoir accéder ? A l'ère des réseaux sociaux et de l'outrance des internautes qui malmènent régulièrement l'intégrité de la vie privée, que penser d'un tel déballage ? 

Ce n'est pas parce que c'est le Président de la République qu'il a le droit au respect de sa vie privée. Lui, vous, moi, simples quidams ou personnages publics, avons tous droit au respect de notre intimité. C'est d'ailleurs plus qu'un droit, c'est une liberté fondamentale, un socle de notre vie en commun. Valérie Trierweiller qui a eu tant de mal à assumer le rôle de "première dame", démontre avec ce pamphlet nauséabond que c'est bien la dernière des dames de France ! 

Car il y a dans les extraits qui ont été distillés dans la presse ce matin au cours d'une savante opération de communication orchestrée afin de préparer la sortie du magazine de demain, de la haine, de l'aigreur, de l'indécence, de la vraie vulgarité et cette volonté manifeste de prendre appui sur l'opinion publique pour faire mal, blesser, détruire. La quête du buzz est lancée sur le thème : "tu m'as répudiée, je vais te mettre la misère et tout le monde va découvrir qui tu es réellement." 200.000 exemplaires auraient été tirés après qu'un chèque confortable ait été versé en avance de ses droits d'auteurs. C'est le deuxième plus gros tirage de cette "rentrée littéraire." On croit rêver. 

La seule chose qui me console est que je fais les paris avec vous que cette opération de communication fera un flop et probablement l'un des plus retentissants de l'année culturelle (si l'on peut parler ici de culture). Vous savez pourquoi ? 

Parce que le succès d'une telle opération ne dépend que d'un facteur : l'affection que le public voue à celle qui balance. Et là, en l'espèce, on ne peut pas dire que le compte y est. 

D'une discrétion maladive que beaucoup de gens prirent pour de la froideur pendant la campagne présidentielle, Valérie Trierweiller entra sur le devant de la scène par un acte désolant, ce fameux tweet qu'elle rédigea entre les deux tours des élections législatives en soutien au concurrent direct de Ségolène Royal. Un tsunami politico-médiatique qui lui valut immédiatement la désapprobation du grand public qui prit cet acte pour de la bassesse bien déplacée. Puis ce furent des mois d'un quasi-silence où la journaliste disait ne pas se sentir à l'aise dans le rôle qu'on lui demandait de jouer.

Résultat des courses, elle n'a jamais vraiment incarné cette "première dame de France," personnage certes un brin désuet mais que les français apprécient et qui fait partie du décorum des institutions de la République. En deux ans à l'Elysée, elle n'a jamais réussi à devenir populaire et a quitté le Palais présidentiel sous l'indifférence assez générale. Et ceci est un handicap majeur dans la stratégie de communication. 

Je suis prêt à parier avec vous que cette absence de lien affectif fort avec le grand public l'empêchera de réussir son funeste projet de kärcherisation de la réputation de son ancien compagnon. Je le souhaite en tout cas de tout coeur. Pas pour François Hollande mais pour la dignité du débat que nous devons avoir ensemble sur l'avenir de la France et dont nous avons tant besoin. 

En ces temps tourmentés, nous avons une responsabilité collective à nous élever ensemble pour tenter de donner un avenir radieux à ce pays et pas nous laisser avoir par des opérations de communication rondement financées qui nous éloignent du sujet en nous maintenant dans le caniveau.

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 4225 fois

Commentaires articles

1.Posté par Matthieu d'Epenoux le 04/09/2014 08:57
Comme toi, je pense que ce livre indécent va faire un flop commercial. On est tombés bien bas.

2.Posté par fultrix le 04/09/2014 15:54
"Parce que le succès d'une telle opération ne dépend que d'un facteur : l'affection que le public voue à celle qui balance. Et là, en l'espèce, on ne peut pas dire que le compte y est. "
Au contraire de vous, je regrette mais pronostique que ce titre va faire un carton parce que c'est dans la médiocrité et la fange que se repaissent les gens actuellement.
Tout le monde en dira du mal mais rares seront ceux qui ne l'auront pas dans leur bibliothèque ou sur leur tablette, liseuse etc ...

3.Posté par Christophe Ginisty le 04/09/2014 16:27
Je suis prêt à tenir le pari ! Nous verrons

4.Posté par jimmy hoareau le 04/09/2014 20:38
Pour ma part je pense aussi que le livre sera un carton même si je connais un paquet de gens qui ne veulent pas en entendre parler et qui, comme nous, sont déçus par ce type de comportement.
J'ai pour ma part parié qu'elle va nous sortir un truc du style : "1 euro par livre (ou la totalité selon le flop ou pas) sera reversé à l'association ....".
Enfin je ne peux m'empêcher de plaindre cette femme qui n'a pas d'amis ni même de collègues pour lui dire qu'elle se tire la dernière balle de son chargeur avec se livre ... en même temps il parait qu'il lui reste les textos sexy échangé avec le président pour sortir un livre de poche à Noël :)

5.Posté par fultrix le 05/09/2014 14:56
J'ai gagné mon pari ...
Et cela m'afflige.

6.Posté par Christophe Ginisty le 05/09/2014 15:04
Vous n'avez rien gagné du tout. Ne croyez surtout pas ce que l'éditeur colporte en ce moment pour alimenter le buzz. J'ai fait 3 librairies ce matin et nulle rupture de stocks, très loin de là.

7.Posté par fultrix le 05/09/2014 21:18
Ce n'était pas de "bonnes librairies" ! :D

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49

Recherche