Christophe Ginisty

Voici les raisons qui ont poussé Sarkozy à annoncer le remaniement 6 mois à l'avance


Rédigé le Lundi 8 Novembre 2010



Voici les raisons qui ont poussé Sarkozy à annoncer le remaniement 6 mois à l'avance
Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais ce feuilleton du remaniement annoncé il y a six mois par Nicolas Sarkozy et qui tarde toujours à arriver commence à me courir sur le système. Je trouve ça gonflant et assez dévalorisant pour la classe politique dans son ensemble qui montre là son plus détestable visage, entre clientélisme et flagornerie. 

Mais savez-vous au moins pourquoi cette partition a-t-elle été jouée ainsi ? Il y a trois avantages pour Nicolas Sarkozy à avoir orchestré ce futur remaniement de cette manière.

S'assurer de la fidélité des partisans
A l'instant où Nicolas Sarkozy a annoncé son intention de remanier profondément à l'automne, la quasi-intégralité des membres du gouvervement s'est sentie menacée. Les ministres et secrétaires d'état ont alors eu immédiatement à coeur de ne pas faire de vague et de rapporter des bonnes notes pour prouver leur dévotion au chef. Ils ont essayé autant que possible de se placer dans les médias pour promouvoir haut et fort la qualité des politiques suivies, ce qui est potentiellement bénéfique pour un Nicolas Sarkozy en situation précaire dans les sondages. Mais il n'y pas que les membres du gouvernement qui se sont mis à faire du zèle : tous les "ministrables" se sont également mis en marche pour se faire remarquer de l'Elsyée, constituant ainsi une armée spontanée de courtisans bien utile en ces temps tourmentés.

Tester l'opinion publique
A moins de deux ans de la présidentielle, il ne fait pas bon se mettre l'opinion à dos et se planter dans la désignation d'une nouvelle équipe gouvernementale. En annonçant très en avance le remaniement, l'Elysée laisse la presse phosphorer sur des remplaçants potentiels à François Fillon, note les louanges et les critiques et, surtout, observe la réaction des français face à chaque nom avancé. Evidemment, quand on fait un remaniement surprise, on n'a pas le temps de faire ce genre d'étude, seul un épisode aussi long que celui que nous vivons permettait d'avoir des retours fiables et nourris et c'est particulièrement précieux pour un président qui dirige avec un oeil rivé en permanence sur les sondages d'opinion.

Réaffirmer son leadership
"Le chef, c'est moi et personne d'autre", c'est un peu ce que tente de prouver Nicolas Sarkozy en mettant tout le monde en apesanteur, le souffle coupé, soumis à son bon vouloir. Il y a quelque chose de très monarchique dans cette attitude qui place le choix des ministres au rang d'une sorte de "droit divin". En agaçant les observateurs, en les laissant spéculer, en n'écoutant pas les conseillers qui lui pressent d'annoncer sa décision, le président veut se montrer comme le maître (absolu) du jeu politique intérieur.

Bien sûr, cette stratégie est agaçante car on a le sentiment que la France est désormais une république de cour et que le casting est un exercice people bien éloigné des problèmes réels des français.

Mais c'est comme ça que nous sommes gouvernés.

               Partager Partager
Notez


Lu 3625 fois

Commentaires articles

1.Posté par europium le 09/11/2010 16:57
Je crois que ça gonfle tout le monde, que ce soit la classe politique, l'opinion publique, la presse. C'est complètement anormal d'avoir fait cela. Certains ministres ( avec leurs équipes ) qui vont dégager sont quasiment dans une situation d'emploi fictifs....C'est du jamais vu, ça n'a aucun sens si ce n'est de mettre la pression sur sa majorité , les potentiels sortants et rentrant du GVT. C'est limite méprisant pour la politique en général ou c'est la fait que Sarko ne sabler pas savoir ce qu'il veut!

Si on se rappelle les faits, au mois de juin, Sarko reçoit les parlementaires de la majorité a l'Elysée pour les calmer et leur annonce qu'il y aura un remaniement après avoir résolu le dossier retraite. Il fait cela car il sait que des députés "fuiteurs" vont aller bloguer l'info.

Après sur les hypothèses on peut +/- d'accord avec CG .

Le plus grave est que Sarko s'est pris a son propre jeu. Après la vague répressive de l'été qui s'est soldée par un échec, Sarko a besoin de se refaire une image et il utilise le remaniement a cet égard, ce qui n'était pas prévu. Le problème c'est que les députés énervés, vu que ça traine, utilise cela, disent ce qu'ils pensent , commentent les diverses hypothèses et se chargent de dézinguer certaines solutions mises en pâture . Or Sarko en vue de la présidentielle a besoin que les députés le suivent, donc il va donc dès lors devoir concilier avec eux.

Si Sarko avait voulu de Borloo, en juin il l'aurait intronisé, les députés surpris ou pas l'aurait fermé....Or la ils s'expriment et de facto Sarko n'est plus le seul maître du jeu....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Ce soir, table ronde & 'speed mentoring sessions' avec les étudiants @ihecs avec @EliseGuillet @avaltat @colingoeu
Jeudi 8 Décembre - 16:03
Et maintenant, il va falloir expliquer pourquoi un type condamné à 3 ans de prison ferme n'est pas incarcéré https://t.co/A9HkhujIOx
Jeudi 8 Décembre - 15:33
Très drôle ! https://t.co/4Fn2ubjbEm
Jeudi 8 Décembre - 11:06
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39

Recherche