Christophe Ginisty

Voilà c'est fini


Rédigé le Lundi 21 Novembre 2016



Hier soir est à marquer d’une pierre blanche. Non pas en raison du succès inattendu de François Fillon mais parce que la date du 20 novembre marque un tournant dans l’histoire de la politique française contemporaine avec l’élimination définitive de Nicolas Sarkozy.

Humilié par la volonté des électeurs, lui qui rêvait un retour gagnant est poussé vers une sortie sans retour par les membres de sa propre famille politique, aidés par des électeurs de gauche préférant le parjure à l’idée de le voir revenir.

C’est un fait politique majeur.

Cela fait plus de 20 ans qu’il grenouille au sommet de l’état, depuis son premier portefeuille en 1993 dans le gouvernement Balladur. Il avait juré se retirer définitivement de la vie politique après son échec de 2012 mais n’avait pas pu tenir promesse, poussé par une haine vissée au corps, une soif insatiable de revanche et convaincu qu’il était l’homme providentiel pour sortir le pays du Hollandisme.

Son retour était méthodique mais ça n’a pas marché. Et là, personne ne peut être désigné responsable car les semaines de campagne ont démontré un point incontestable : Sarkozy s'est tué lui-même.

Le handicap de Sarkozy ne fut pas son programme, ce fut Sarkozy lui-même.

Par une stratégie basée sur l’art de la division et du clivage, par des formules usées et attendues, par des tentatives de faire du Trump, par un casting toxique et surtout par l’absence totale de leçon tirée de son échec de 2012, il est insidieusement devenu son pire ennemi. Dans les débats télévisés, sa seule présence sur le plateau relevait de l’anomalie.

Contrairement à ce qu’il a affirmé à d’innombrables reprises, il n’a pas changé et nous a montré tout au long de cette campagne un visage que nous connaissons tous dans les moindres détails.

Peu à peu, il est devenu la caricature de lui-même, quelqu’un qui ne surprenait plus et ne créait plus l’agenda comme il l’avait su le faire de manière si efficace en 2007. Ses sorties sur les gaulois, le changement climatique ou les doubles rations de frites n’inspiraient plus rien que des moqueries sans fin.

Il a cessé d’être polémique pour n’être plus que ridicule.

A aucun moment, il n’a su incarner le futur. Il n’a été que l’image d’un passé résurgent. Un passé que les français avaient déjà rejeté mais dont il n’a pas compris la portée.

Je dois avouer que je m’étais trompé quand j’avais pronostiqué qu’il gagnerait ces primaires. Je pensais alors que son expérience politique, sa roublardise et sa main mise sur le parti allaient favoriser une victoire contestable mais une victoire quand même. Je n’avais pas prévu son manque de finesse dans l’analyse de ses propres forces et faiblesses. Car je pensais sincèrement qu’il était capable d’inventer quelque chose de nouveau.

Sans doute est-il dénué de toute forme d’humilité. Sans doute est-il aussi très mal entouré, cerné par une cour servile qui loue ses qualités exceptionnelles à la moindre occasion.  Sans doute est-il incapable de faire autrement que ce qu’il a toujours fait, lui dont la vie entière fut consacrée à la politique.

Ce soir, je me réjouis que les électeurs de la primaire l’aient à ce point éconduit. La claque qui lui est infligée est une bonne nouvelle pour la démocratie.

Et comme le dit la chanson: "t'as eu ce que t'as voulu, mais si t'as pas voulu que t'as eu."

A suivre… 

               Partager Partager
Notez


Lu 2096 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5

Opinion | Politique | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Intéressant et bien tourné. Portrait à lire : https://t.co/WVDA73ovZk
Lundi 27 Février - 07:53
RT @JurisSleiers: "The battlefield [for presidency] today has shifted online." Le Pen’s online army leads fight for French presidency: http…
Dimanche 26 Février - 12:05
Flight attendants from #AirFrance welcome passengers with masks in Rio to celebrate #Carnaval https://t.co/Pvgxx6wGuh
Dimanche 26 Février - 09:42
Et ainsi la dictature de met-elle doucement en place... https://t.co/N8YU27KOxi
Samedi 25 Février - 13:29
@CChaffanjon et Bayrou, ne l'oublions pas
Vendredi 24 Février - 12:44
Alliance Macron Bayrou : le bricolage improbable dont les élécteurs ne veulent plus:... https://t.co/Omku8mI39M https://t.co/2j9yfr4lOa
Vendredi 24 Février - 11:49

Recherche